Thomas Veillet

Thomas Veillet

Morningbull : l’insider anonyme qu’on a voulu faire taire

Au milieu des années 2000, un trader de l’UBS (Union de banques suisses), plus grande banque de gestion de fortune du monde, se met à écrire une chronique boursière à ses collègues.

Thomas Veillet de face
Accueil » les experts en investissement » Thomas Veillet

L’histoire de Thomas Veillet

Au milieu des années 2000, un trader de l’UBS (Union de banques suisses), plus grande banque de gestion de fortune du monde, se met à écrire une chronique boursière à ses collègues.

Tous les matins, il leur envoie par email ses analyses et ses idées d’investissement détonantes.

Immédiatement, sa hiérarchie lui tombe dessus.

Sa liberté de parole et son franc-parler gênent.

Il faut donc le bâillonner.

Il est convoqué et rappelé à l’ordre.

Mais ce trader anonyme n’est pas du genre à se laisser faire.

Il partage la même philosophie que Vauban Editions : c’est un rebelle de la finance qui tient à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Sa chronique journalière est un immense succès et il décide donc de continuer à l’écrire en sous-marin.

Son pseudonyme :  Morningbull

Tout le milieu financier se demande qui est ce mystérieux trader qui désacralise leur fonction et affirme que les pros de la finance n’en savent finalement pas beaucoup plus que vous.

Chez Vauban, nous le savons. La finance est un milieu où il y a beaucoup de poudre aux yeux.

Alors quand on touche aux mythes patiemment construits pendant deux siècles dans les couloirs feutrés des banque privées de Genève, c’est la panique.

Mais il est trop tard. La machine est lancée et Morningbull ne s’arrêtera plus.

Un électron libre de la finance

En 2008, année de la crise des subprimes, Morningbull quitte définitivement son job de trader pour gagner sa liberté.

Aujourd’hui, il conseille en freelance des gestionnaires de fortune et des hedges funds.

Vous savez, ces fameux spécialistes qui conseillent les millionnaires et jouent les monsieur-je-sais-tout auprès de leurs riches clients ?

Et bien ils obtiennent leurs idées en rencontrant Morningbull chaque semaine !

C’est ce qu’on appelle un Advisor.

En plus de cela, il aide les particuliers et les investisseurs à comprendre comment gagner de l’argent en bourse en toute autonomie.

Alors vous imaginez bien que dès que j’ai vu ce parcours complètement hors du commun, j’ai voulu absolument le rencontrer.

Nous avons très vite constaté que nous partagions la même vision de la finance et de l’investissement.

Les particuliers doivent prendre leur finance en main

La bourse est LE moyen de s’enrichir

On ne peut pas promettre la lune mais des résultats solides grâce aux bonnes méthodes

 Nous nous sommes donc mis d’accord pour décupler la portée de ses conseils en lui offrant une plateforme chez nous.

Aujourd’hui, vous pouvez y avoir accès (je vous dis comment plus bas).

Mais avant, je veux vous révéler qui est vraiment Morningbull.

Morningbull est en fait Thomas Veillet

C’est en 2013 qu’il révèle enfin son identité.

Sa réputation est désormais si grande que la prestigieuse banque privée Lombard Odier tente de le récupérer.

On a sorti l’artillerie lourde.

On veut le faire repasser du côté des insiders qui gèrent la fortune de leurs clients à grands frais.

« J’adore ce que vous faites et vous êtes le bienvenu chez nous. Mais il faudra arrêter d’écrire publiquement. »

Thomas Veillet, alias Morningbull, refuse.

Pour lui, il n’y a plus de retour en arrière possible.

Car il s’est donné pour mission de mettre ses compétences et son expérience au service de TOUS.

Sa place n’est plus dans les banques privées peuplées d’employés en costumes gris.

D’ailleurs, il refuse de mettre une cravate !

Un trader né

Cela fait 30 ans qu’il est dans le milieu de la finance.

Pourtant, il n’a pas fait de longues études pour en arriver là.

Il a du flair, il apprend vite.

Il comprend surtout que ce métier est moins complexe qu’on veut bien le faire croire.

À l’aube de ses 21 ans, alors qu’il est employé chez UBS, on lui demande de remplacer au pied levé un trader absent.

« Tiens, voilà 5 millions, fais ce que tu peux. »

 Morningbull est un instinctif. Son premier trade est un succès.

Plus tard, il prend des baffes, bien-sûr.

Puis, il commence à vraiment apprendre le métier avec un vieux loup qui le prend sous son aile.

Lui, le jeune gamin qui voulait devenir pilote d’hélicoptère, est devenu trader.

C’est là que son surnom de « Bull » (qui deviendra plus tard Morningbull) lui est donné.

À cause de son excitation à chaque fois que la bourse monte.

Il a ça dans le sang et ça se voit.

Thomas Veillet à Wall Street

On l’envoie à New York pour qu’il se frotte à Wall Street.
À 25 ans, il a 20 millions de dollars sous gestion.

Nous sommes en 1995.

C’est à cette époque qu’il prend la plus grosse claque de sa vie.

Alan Greenspan, le Directeur de la banque centrale américaine (FED) de l’époque annonce qu’il pense que l’économie est dans une bulle.

Le Bourse plonge.

Thomas perd 800 000 $ en quelques minutes.

Il va voir son chef et lui annonce la nouvelle.

Il pense être renvoyé.

« Je viens de cramer 800 000 dollars à cause du flash crash et de Greenspan… »

« Et qu’en penses-tu ? »

« Je pense que c’est de la connerie et que cette baisse n’est pas du tout justifiée. Ça va remonter. »

Jamais, alors que tout le monde panique, il n’a autant mérité le surnom de Morningbull que ce jour-là.

Et là, la réponse qu’il reçoit le laisse sans voix :

« Je te donne 10 millions de plus. »

Le lendemain, il compensera la perte de la veille et fera 1 million de dollars de bénéfice…

Il a tout vu, tout fait

Plus tard, il travaille un temps dans la « corbeille », au milieu de 200 autres types comme lui, dans une de ces grandes salles de trading qui existait avant que tout ne soit informatisé.

Un travail stressant et usant.

Retour en Suisse pour vous accompagner

Il finit donc par rentrer en Suisse pour travailler chez Pictet, une des meilleures banques au monde

Quelques années plus tard, c’est au sein d’un hedge fund qu’il gère les investissements à horizon ultra-court.

Du pur trading.

Vous l’aurez compris, Thomas Veillet a tout vu et tout fait dans le monde de la finance.

C’est un électron libre, un touche à tout qui a soif d’apprendre et qui apprend vite !

De ces expériences, il a tiré de précieuses leçons qu’il applique désormais auprès de ses clients, de ses lecteurs et au bénéfice de ses proches.

Le Bull : leçons d’un trader international

 Après 30 ans dans la finance, Thomas a pris des claques et essuyé des échecs pour que vous n’ayez pas à le faire.

Il a travaillé au cœur de l’industrie financière pour savoir comment on fait de l’argent sur les marchés.

Thomas Veillet a vu les insiders acheter des actions juste AVANT que la bonne nouvelle ne soit diffusée.

Il a vu les mêmes insiders vendre systématiquement un jour avant l’annonce de mauvais résultats.

Il connaît les rouages et sait comment VOUS pouvez utiliser ces mécanismes à votre avantage.

« Si j’avais su ça il y a 30 ans, je ne serais pas là aujourd’hui »

C’est ce que Morningbull m’a confié lors de notre dernière rencontre.

Et pourtant il n’a vraiment pas de quoi se plaindre !

Si il a expérimenté :

  • Les échecs et les leçons durement apprises
  • Les secrets des banques privées
  • La fièvre du trading à Wall Street
  • La gestion de fortune à Genève
  • Les dizaines de millions sous gestion des hedge funds

 C’est pour que vous puissiez en bénéficier aujourd’hui.

Articles de Thomas Veillet

Morningbull investir avec Thomas Veillet - logo

Inscrivez-vous à Morningbull

Vous souhaitez obtenir les conseils de Thomas Veillet ?
Inscrivez-vous à Morningbull pour être accompagné dans vos investissements.