Virgin Galactics

Virgin Galactics ou la folie des grandeurs

Avant de parler de Virgin Galactics, je vais vous dire ce qu’il y a de bien dans le monde de la finance. C’est notre capacité à tourner en rond et répéter les mêmes comportements sans vraiment les comprendre. En début de semaine nous battions des records parce que le Covid19 – nouveau petit nom attendrissant choisit par l’OMS pour surnommer le Coronavirus – le Covid19 est donc devenu insignifiant, parce que l’on voyait le taux de contamination ralentir gentiment. De l’autre côté, les alarmistes ne cessaient de nous faire peur parce que « le nombre de morts ne cessait d’augmenter ».

Jésus, reviens.


Je n’invente rien, je l’ai entendu à la radio. Il y a de plus en plus de morts et le bilan ne fait qu’augmenter. Bon, en même temps, il faut tout de même noter que dans le cas d’une épidémie mortelle, il est tout de même très rare de voir le nombre de morts se « réduire ».

D’ailleurs je crois pouvoir dire sans me tromper que la dernière fois qu’un mort est passé du statut de mort au statut de vivant, c’était il y a 2000 ans quelque part proche de Jérusalem. Et encore, ce n’est pas prouvé. Depuis on a construit des grands bâtiments pointus avec des clochers pour essayer de nous faire croire que c’est vraiment arrivé. Mais là tout de suite, personnellement j’ai encore de très gros doutes – il faut dire qu’en ce temps-là, les drogues n’étaient pas aussi maitrisées qu’aujourd’hui.

Enfin, quoi qu’il en soit, il y a toujours plus de morts, mais ça va moins vite et il y a de plus en plus de contaminés, mais ça va moins vite aussi. Nous avons donc pris cette opportunité pour démarrer la semaine en beauté. Même si certains commençaient à dire qu’il serait tout de même prudent de savoir raison garder, puisqu’une quantité astronomique d’usines chinoises resteraient fermées afin de contenir la contamination. Malgré le profit warning d’Apple à ce sujet, le marché affichait un énorme dédain et ne montrait aucune crainte pour l’avenir. Il faut savoir que la définition du mot « avenir » en finance veut dire « les trois prochaines heures ».

La seconde partie de la semaine

Alors que l’on montrait clairement notre dédain pour l’avertissement Made In Cupertino mercredi, c’est la seconde partie de la semaine qui commençait à sentir le roussi. Soudainement les avertissements d’Apple et de Goldman Sachs commençaient à se faire sentir. Oui, Goldman Sachs n’importe pas de composants depuis la Chine, mais le géant bancaire a passé la plupart de la semaine à nous prévenir que si le vent se levait et que la terre tremblait, à la fin on allait s’en prendre plein les dents.

Mais si la banque qui est plus égale que les autres avaient commencé à en parler en début de semaine, c’est seulement jeudi que l’on commençait à mesurer l’éventuel impact de cet éventuel ralentissement économique mondiale. Entre ça et la courbe des rendements qui s’inversait à nouveau, le marché commençait à prendre conscience que l’on n’allait peut-être pas mourir de ce virus de la famille de Bruce Wayne, mais que si la Chine venait à caler, les conséquences pourraient être bien plus intense qu’un tremblement de terre de force 8 dans la région de San Francisco.

En gros, dans le monde de la finance, on comprend assez vite, mais il faut tout de même que l’on nous explique longtemps.

Performance des indices boursiers

En résumé, les indices terminent tous dans le rouge pour la semaine et l’on finissait encore une fois sur une note angoissée. Par ailleurs, en début de semaine on se fichait éperdument du Coronavirus et on se rassurait sur le fait que les banques centrales seraient toujours là pour nous aider et nous protéger, tout comme Superman est là pour protéger Metropolis. En fin de semaine nous étions à nouveau en mode « Coronavirus » – en train de nous convaincre que l’on n’allait pas tous forcément y passer, mais qu’économiquement parlant, ça ne serait probablement pas un cadeau – ça on en avait déjà parlé la semaine dernière, mais tout le monde s’en foutait cordialement.

Les 11 communes

Donc nous terminons la huitième de l’année dans un état d’esprit très noir avec l’intime conviction que rien n’est gagné. Et j’imagine que les deux décès en Italie qui sont le fait du Coronavirus ne vont pas nous aider pour cette nouvelle semaine. Surtout que 11 communes italiennes ont été mise en quarantaine pour la même raison.

Bon, entre vous et moi, ce ne sont pas ces 11 communes qui vont mettre Apple en faillite, le problème n’est pas là. En ce dimanche, le bilan est de 2465 morts et c’est toujours moins que le nombre de personnes qui sont mortes en envoyant des SMS au volant en une année aux USA. Comme le Coronavirus tue quand même encore moins que la connerie, mais il fait tout de même bien plus peur.

En tous les cas, on pourra aller se balader tranquille à Venise ces prochains temps, puisque le carnaval est annulé pour Coronavirus, par contre le Salon de l’Auto de Genève est confirmé – après tout, si c’est des automobilistes meurent ça ne fera que du bien à la planète. Si ça se trouve c’est un coup monté de la part de Greta.

Heureusement, Tesla et Virgin Galactics résistent au Coronavirus

Il y a heureusement des bonnes nouvelles dans ce bas monde. Le fabricant de voitures qui font le bruit d’un sèche-cheveux, Tesla, a tout de même fini la semaine en hausse passant la barre des 900$.

On peut même se demander si Tesla n’est pas exempte des angoisses liées à un ralentissement économique, puisque quoi qu’il arrive, la seule chose que le « bobo » moyen rêve de se payer c’est une Tesla – histoire de se donner bonne conscience sans chercher à comprendre vraiment les implications écologiques de la boîte d’Elon Musk.

D’ailleurs je ne suis pas loin de penser que dans quelques jours on va nous annoncer que rouler en Tesla protège du Coronavirus. En tous les cas, après avoir longuement réfléchit, je pense que je serais prêt à acquérir une Tesla à une seule condition : « que l’on m’annonce que la fin du monde est pour dans 3 heures » – histoire de me racheter une bonne conscience. Ou alors peut-être une trottinette électrique.

Indestructibles

Le fait que Tesla termine la semaine à 901$ laisse supposer que l’on a un peu peur d’une épidémie, mais que l’on ne renonce pas complètement au côté « avidité » du marché. On est visiblement suffisamment intelligent pour se paniquer à cause d’un virus, mais largement assez avide pour croire qu’une marque de voiture va révolutionner le monde, la planète et nous permettre de partir sur Mars à la fin. 

D’ailleurs, à propos de Mars, il faut aussi noter qu’une des actions qui nous gratifie d’une hausse complètement débile est également en relation avec l’espace puisque l’action Virgin Galactics, même si elle a terminé en baisse de 10% vendredi soir, nous a tout de même affiché une hausse de 380% depuis le début de l’année.

Virgin Galactics, 3X en 3 semaines

Virgin Galactics a été multiplié par 3 en l’espace de 3 semaines. Oui, parce qu’il semble évident que le voyage touristique spatial est LE PROCHAIN business qui va exploser. À Genève on peine à faire fonctionner un train (le CEVA) en respectant le programme, en France, la SNCF est la compagnie de chemins de fer la plus clownesque de la planète, mais nous, dans la finance, on mise tout sur des navettes qui vont emmener 3 milliardaires faire mumuse dans la stratosphère pendant 5 minutes.

Virgin Galactics va vous emmener faire des selfies dans l’espace histoire que votre profil Facebook soit clairement plus fun que les autres et que vous puissiez augmenter facilement le nombre de vos followers sur Instagram, ce qui vous permettra peut-être un jour de vous acheter un sac à main en croco de chez Hermès. Comme Nabilla.

Je vais d’ailleurs arrêter de critiquer Nabilla, puisque cette gourde a tout de même réussi à se faire payer 1 million pour « animer « la saison une de la dernière émission de télé-réalité qui a pour but de nous griller encore un peu plus les quelques neurones qui nous reste.

Graphique de Virgin Galactics

Un marché surprenant

En tous les cas, quand on regarde le marché ces derniers jours, ce qui frappe c’est cette euphorie localisée sur certains titres ou certaines matières premières. Le cas le plus frappant, c’est l’or qui termine sa semaine quasiment au plus haut depuis des années alors que le marché termine lui, presque au plus haut de tous les temps.

Ce genre de « double whammy » ne correspond en rien à ce que l’on nous apprend dans les écoles de bourse. C’est un peu comme si on avait enlevé la touche « SELL » sur les claviers des traders du monde entier et qu’ils n’avaient plus qu’un seul choix : celui de raconter n’importe quoi pour acheter n’importe quoi, puisque ils ne peuvent pas vendre.

En tous les cas il y a tout de même des trucs qui ne sont pas logiques, puisqu’en général l’or ne monte pas au ciel en même temps que les marchés pour des raisons évidente d’étiquetage en tant que valeur refuge, mais en ce moment le marché ne ressemble plus à rien et selon certains nous sommes dans un nouveau « paradigme économique » …

Paradigme économique

Oui, moi non plus je ne sais pas ce que ça veut dire.

Un nouveau paradigme économique qui pourrait donc être un nouveau monde qui s’appellerait l’El Dorado. Un nouveau monde qui monterait en harmonie avec le reste du marché. Même si la raison de la hausse actuelle est plutôt à chercher ailleurs. En effet, nous sommes au plus haut de tous les temps et cela ne fait aucun doute. Par contre le niveau de conviction ou de « confiance » reste relativement faible.

Autant les shorts n’osent pas rester short trop longtemps, parce qu’à force de prendre des coups de latte en pleine figure. Ca pique un peu ! Autant les « longs » sont tout de même moyennement convaincus d’augmenter leur exposition à cette altitude et cela même si en restant cash ça ne fait plus aucun sens. Sans compter le marché obligataire qui est à peu près aussi intéressant que de passer le week-end à regarder la chaîne chasse et pêche.

L’or qui rassure

Acheter de l’or semble être devenu le truc à la mode. Acheter de l’or parce que techniquement le graphique est un des plus beau que j’ai vu. Mais aussi, acheter de l’or parce que personne ne vous le reprochera vraiment et puis aussi acheter de l’or parce que ça fait partie de la stratégie. « je couvre mon cul » et que la stratégie « je couvre mon cul » est devenue très populaire ces dernières années. D’autant plus depuis la montée en puissance de ce que l’on appelle la « compliance ».

Si on achète de l’or, personne ne nous le reprochera. Même si à côté on achète trop tard du Virgin Galactic et qu’ils ratent leurs chiffres trimestriels la semaine prochaine. Le métal jaune est donc en train de s’envoler. Pas aussi rapidement que Tesla c’est vrai, mais quand même. Actuellement on frise les 1650$ et la porte semble ouverte pour aller ENFIN retrouver le niveau des 1850$ que nous avions vu en 2011 quand tout le monde était certain que nous allions à 4’000$ au moins.

Graphique de l’or

Comme nous pouvons le voir sur le graphique ci-dessus, le métal jaune nous fait une série de marches d’escaliers qui laisse supposer que la porte est ouverte pour aller en direction des 1850$ – comme annoncé en ce début d’année.

Virgin Galactics la surprise de la semaine ?

Vu ce qui se passe en Italie, en Corée du Sud et un peu partout ailleurs dans le monde en rapport au Coronavirus, nous pourrions bien nous faire une petite panique comme il y a quelques semaines. Cela devrait permettre aux chaînes de télé de se faire plaisir.

Pour le reste, il n’y aura pas grand-chose de fondamental. Il y aura pas mal de Présidents de FED qui parleront samedi. Le G-20 a appelé le monde a une réponse coordonnée contre le Coronavirus. C’est étonnant venant de leur part on aurait pensé qu’ils encourageraient plutôt les gens à partir en vacances en Chine.

Le FMI parle presque tous les jours sur un ton très menaçant au sujet du virus et a déjà coupé ses attentes sur la croissance chinoise à 5.6% et baissé la croissance mondiale de 0.1% – en gros, la semaine qui nous attend devrait tourner autour du coronavirus, de Tesla et de Virgin Galactics qui publiera cette semaine des chiffres qui ne devraient rien vouloir dire, puisque personne n’est encore allé dans l’espace.

Passez une excellente semaine.

Date : 24 février 2020

Publié par :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *