Retour du trade deal

Retour du Trade Deal

Une semaine en mode girouette, des records à la fin et le retour du Trade Deal.

Nous avions donc commencé l’année en mode troisième guerre mondiale et puis finalement, tout s’est réglé. Trump a laissé les Iraniens tirer sur des bases américaines qui avaient été prévenues. Du coup, l’Iran ne perdait pas la face et on se retrouvait un partout, balle au centre. Ce qui avait le don de calmer les marchés et d’oublier comme par magie la « crise iranienne » et la mort du général Soleimani. Un général qui aura été un héros national en Iran et un leader terroriste à Washington. Chacun faisant la propagande qui l’arrangeait en fonction.

Quoi qu’il en soit, dans le monde merveilleux de la finance comme nous n’aimons pas l’incertitude, c’était une sorte de soulagement. Du coup, vu que plus rien ne nous inquiétait et que la plupart des traders étaient redescendus de la montagne, il n’y avait plus qu’à acheter et à battre à nouveau des records historiques. Ce qui fut fait en moins de temps qu’il ne fallait pour apprendre les hymnes nationaux américains et iraniens.

Toujours plus haut

Nous avons donc recommencé l’année et la semaine pour de vrai. Une fois le souci guerrier réglé, les intervenants se sont concentrés sur les prévisions 2020 de la communauté financière. Prévisions qui ont le mérite de ne pas se mouiller, puisque la plupart des analystes et autres économistes sont prudents et ne pensent pas que la hausse de 2019 pourrait se répéter et parie sur une faible hausse, voir une légère baisse. Je vous passe les excités de la finance qui nous annonce un krach toutes les trois semaines, histoire de pouvoir dire un jour « je vous l’avais bien dit ».

En résumé si l’on prenait le temps d’observer les prévisions et d’en faire un résumé qui tient en deux lignes, on pourrait dire que « l’année 2020 pourrait voir le marché monter légèrement, ou baisser légèrement, mais que l’on ne peut pas exclure non plus qu’il ne fasse rien, sans mettre de côté qu’il y ait un évènement exogène qui provoque une cassure majeure à la hausse comme à la baisse ».

Finance ou politique ?

Ce qu’il y a de bien quand vous êtes analyste financier, c’est qu’à la fin si ça ne fonctionne pas, vous pouvez toujours vous reconvertir dans la politique puisque vous aurez déjà appris à parler pour ne rien dire.

Performance des principaux indices mondiaux – Source : Investing.com

Comme vous pouvez le voir sur le tableau ci-dessus, les performances depuis le début de l’année sont déjà correctes, il n’y a rien à dire. Par contre ce qui a le plus souffert de la non-guerre, c’est le pétrole et l’or.

Le « deux ors » ont vécu un « swing » assez mémorable, puisque le pétrole a souffert du fait que si les tensions se réduisaient, l’or a souffert du fait que soudainement on n’avait plus besoin de valeur refuge. L’or a cependant marqué des points dans sa configuration technique et je ne suis pas loin de penser que c’est peut-être une bonne occasion de revenir dedans pour ceux qui ont une vision un peu plus long terme et qui sont prêts à en stocker un peu pour les trois prochaines années. Mais j’y reviens plus bas.

Les chiffres de l’emploi

Selon le rapport mensuel sur l’emploi américain, qui était probablement l’évènement principal de la fin de semaine, les Etats-Unis ont créé en décembre 145’000 emplois, contre 160’000 attendus. C’est moins que les 256’000 enregistrés en novembre – le chiffre à l’époque était de 260’000 mais il a été légèrement revu à la baisse ce qui n’intéresse personne.

L’évolution du salaire horaire moyen a continué de décevoir en décembre, avec une progression de seulement +0,1% alors que les analystes projetaient +0,3%. La faiblesse des salaires pourrait faire peur à certains, cependant la FED devrait rester en mode « observation » et voir venir. Les taux ne sont donc ni menacés, ni concernés pour le moment.

Un graphique à surveiller

Graphique du SOX

Comme vous le savez, je suis un grand obsédé du « SOX », le Philadelphia Semiconductors Index. Cet indice qui représente l’ensemble de toutes les plus grandes compagnies qui fournissent ces petits morceaux de silicium qui permettent à nos vies technologiques d’exister a été et sera toujours un indicateur avancé. À la hausse comme à la baisse.

Je vous l’ai déjà dit et répété et je vais continuer à en parler, parce que depuis le début de l’année, cet indice qui a tout bonnement cartonné en 2019 semble marquer un peu le pas.

Surtout que le Nasdaq est au plus haut de tous les temps, que le S&P500 aussi, Mais le SOX semble manquer d’énergie. Alors cela ne veut pas dire que la fin est proche, mais cela pourrait être un premier signal comme quoi le barrage est en train de se fendiller.


Pas encore en mode « Courage, fuyons » mais en mode « observation »

Comme vous pouvez le voir, ces trois dernières séances, l’indice a essayé de partir à la hausse, mais à chaque fois les vendeurs ont contrecarré les plans de l’indice. Pour pouvoir s’enlever ce doute de l’esprit, il nous faudra franchir les 1890 points en clôture. La tendance de fond est toujours bien établie – il y a un énorme support sur les 1700, mais je ne saurais trop vous recommander de garder un œil là-dessus, on ne sait jamais.

Peut-être que nous sommes dans une zone qui va nous ramener en bas du range et que ça sera l’opportunité d’une vie qu’il faudra absolument saisir… ou pas. Mais il vaut mieux surveiller. On notera aussi au passage que bien des membres de l’indices, comme AMD ou NVidia, sont des sociétés qui sortent d’une année de dingues. AMD frise les 100% et à la moindre alerte, la sanction pourrait être sanglante ou cinglante, c’est selon. Les résultats trimestriels approchants à grand pas, ne nous laissons pas distraire.

Il est l’or mon seignor

Vous le savez, l’or est une valeur refuge. On l’a vu il y a dix jours avec l’affaire Soleimani. Dès que la moindre tension apparaît quelque part dans le monde, tout le monde se jette sur ce truc, pensant que si la fin du monde arrivait demain, les mieux lotis auraient des lingots en guise de table de salon.

Personnellement, je ne suis pas un fan du métal jaune, mais nous ne sommes pas là pour parler de moi et de mes sentiments, mais de gagner de l’argent. Alors en observant les deux graphiques que je vous propose, je me dis simplement que peu importe ce que ce qu’ils représentent comme « asset classe », j’achèterais sans hésiter et ce même si c’était du quartier de porc ou de soja.

Aucune idée

Je ne sais pas ce qu’il faut attendre de tout cela, mais sur le premier chart, on voit bien que le métal jaune s’est envolé en cassant les 1560$ et qu’après avoir littéralement pété les plombs avec les bruits de bottes, il est revenu plus ou moins à ce même niveau. Histoire de consolider ses bases et de préparer la prochaine salve haussière qui devrait nous mener en direction des 1750… voir plus. Je serais donc partisan d’acheter un peu d’or pour voir et d’accumuler sur faiblesse. Mais disons que même si je suis plutôt constructif sur les 12 mois qui viennent, l’or semble devenir gentiment incontournable, sans compter que PERSONNE ne vous en voudra d’être prudent aujourd’hui, c’est même plutôt le consensus global.

Graphique DAILY de l’or

Si l’on regarde plus loin, on voit clairement qu’après le délire des années 2010, le métal jaune est revenu dans son cycle haussier très très long terme et c’est ce qui m’amène à penser que si le métal n’est pas très fun comme investissement, il pourrait facilement remonter à 2400 dans les 3 ans à venir. Les arguments pour étayer un tel objectif ne manquent pas, à commencer par le fait que l’on va forcément avoir une grosse mauvaise nouvelle dans les années à venir…

Je vote donc en faveur de mettre un pied dedans en attendant de voir.

Graphique MONTHLY de l’or

Qu’attendre de cette semaine avec ce Trade deal ?

La semaine qui nous attend sera chargée et il ne va pas être simple de savoir sur quoi se concentrer, sachant que nous sommes incapables de gérer plusieurs sujets à la fois.

Enterrer la hache de guerre avec la Chine grâce au retour du Trade deal

Tout d’abord les Chinois vont débarquer à Washington pour signer la première partie de l’accord du Trade Deal. Ce n’est pas une grande nouveauté, mais les financiers sont tout de même heureux que ça se concrétise, ceci pourrait donner un brin d’optimisme pour démarrer la semaine.

Retour du Trade Deal et la saison des résultats qui commence

Nous sommes déjà à la moitié du mois de janvier et nous allons devoir commencer à parler des chiffres du trimestre, ça va nous occuper. Cette semaine ce sont les banques qui s’y collent. Ça commence avec JP Morgan, Citi et toute la clique qui devraient nous donner une esquisse de la température ambiante.

L’Allemagne, la FED et les Anglais

Pour le reste, il y aura le GDP en Allemagne, pas mal de membres de la FED qui vont parler tout au long de la semaine et la moindre allusion à l’inflation américaine pourrait faire tout bizarre. Côté Anglais, le patron de la Banque Centrale est soudainement très écouté et entre deux communiqués de presse du Palais de Buckingham au sujet de Harry et de sa femme qui se tirent à l’étranger, on pourrait avoir deux ou trois news au niveau des taux et de la préparation au BREXIT. Passez une excellente semaine et à dans 7 jours.

Date : 13 janvier 2020

Publié par :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *