Les Investisseurs logo

Les régulateurs ont les yeux rivés sur la finance décentralisée et les NFT

Alors que près de 2000 milliards de dollars "analogiques" sont blanchis chaque année, les régulateurs s'alertent sur la DeFi.
avril 7, 2021
jeff brown

Les régulateurs s'intéressent à la DeFi

Nous avons parlé de l'essor des jetons non fongibles (NFT) et de la finance décentralisée (DeFi) il y a quelques semaines. C'était au moment où une seule œuvre d'art NFT s'est vendue pour 69 millions de dollars.

Eh bien, le Groupe d'action financière (GAFI) en prend note. Cela n'a pas pris beaucoup de temps. Il s'agit d'un organisme de réglementation mondial qui s'intéresse au blanchiment d'argent, en particulier lorsqu'il s'agit de transactions transfrontalières.

Le GAFI vient de mettre à jour ses directives afin d'étendre le champ de son autorité réglementaire à la DeFi.

Plus précisément, le GAFI a déclaré que les fournisseurs de services d'actifs virtuels (VASP) - un terme que le régulateur a dû inventer - doivent satisfaire aux mêmes exigences de lutte contre le blanchiment d'argent que les sociétés de services financiers traditionnelles. Cette mesure vise directement les échanges décentralisés qui facilitent les transactions de pair à pair dans l'espace des actifs numériques.

Il s'agit là d'un signe clair que les régulateurs s'efforcent de suivre les progrès réalisés dans le secteur de la blockchain. Les régulateurs considèrent qu'il s'agit d'un domaine propice à une taxation future et, évidemment, au blanchiment d'argent.

Les régulateurs ont les yeux rivés sur la finance décentralisée et les NFT

Les régulateurs devraient plutôt s'intéresser au monde "analogique" ?

C'est un domaine difficile pour les régulateurs. La structure du secteur est très différente de celle des services financiers traditionnels. C'est parce qu'il n'y a pas d'intermédiaires entre les transactions. Il n'y a pas d’intermédiaire "de confiance" pour faciliter une transaction. Deux entités sont simplement en mesure d'effectuer des transactions l'une avec l'autre dans un marché d'échange liquide.

Ce qui est quelque peu ironique dans les préoccupations des régulateurs concernant le blanchiment d'argent au moyen de la technologie blockchain, c'est que les problèmes sont bien plus importants dans le monde "analogique".

L'actif le plus utilisé dans le monde pour les transactions illicites est en effet le dollar américain. Pourtant, le GAFI peine toujours à contrôler le blanchiment d'argent à l'échelle mondiale. On estime qu'il y a entre 800 et 2 000 milliards de dollars de blanchiment d'argent par an.

Blanchir de l'argent sur une blockchain paraît bien plus complexe

L'ironie de la chose, c'est que toute personne travaillant dans le domaine de la blockchain sait que toutes les transactions sont enregistrées dans un grand livre public. Il reste un enregistrement réel après chaque transaction.

Il faudrait être assez stupide pour essayer de blanchir de l'argent de cette façon.

Pourtant, avec cette nouvelle orientation, toute personne impliquée dans la DeFi doit être consciente de cet examen approfondi. Cela finira probablement par ajouter des restrictions et des coûts inutiles à l'industrie alors qu'elle devrait vraiment se concentrer sur le blanchiment d'argent qui se produit dans le monde des monnaies fiduciaires.

Une situation comparable à celle du Bitcoin en 2015

Tout ceci étant dit, je reste optimiste quant à l'avenir de la finance décentralisée et des NFT en particulier.

La DeFi est la prochaine génération de services financiers. Et les NFTs représentent la "démocratisation" d'une classe d'actifs qui était traditionnellement hors de portée des investisseurs ordinaires - les objets de collection et les œuvres d'art.

Nous sommes aux premiers stades de ce qui deviendra une industrie de plusieurs milliards de dollars pour la DeFi et un marché de plusieurs milliards pour les NFT. De nombreux investisseurs ne comprennent pas les jetons non fongibles, tout comme ils ne comprenaient pas complètement le bitcoin lorsque j'ai écrit à son sujet en 2015.

Mais laissez-leur du temps. Ici, à l’Investisseur Tech, nous serons en avance sur le sujet.

Note des éditeurs : Découvrez les NFT et comment investir dans la cryptomonnaie avec l’économiste français Philippe Herlin. Cliquez ici.

Envie d'en savoir plus sur la DeFi 

Avant d'approfondir ce sujet précisément, Lucas Marchand, directeur de Vauban editions, vous propose de découvrir les 5 règles d'or de la bourse pour vous permettre d'atteindre vos objectifs financiers.
5 règles d'or de la bourse
Offres spéciales :
Les Investisseurs logo

Intéressé par l'actualité financière ?
Envie de vous abonner a des publications financières GRATUITES ?
Choisissez les publications GRATUITES 
faites pour
 VOUS !
Les Publications Gratuites
Offre Morningbull Plus
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Olivier Mertens
Olivier Mertens
12 jours il y a

J’espère que les VASPs ne commettront pas la même erreur que les banques en acceptant de mettre en place ce contrôle. La position que je leur recommande de prendre est que (1) elles ont un place les procédures pour identifier leurs clients (Know your customers) et (2) elles répondront aux demandes justifiées (mandat, jugement) pour mettre à disposition les informations demandées. Mais un contrôle préalable doit être refusé : c’est aux États d’assurer leur police, la mise en place de la perception des impôts et leurs systèmes judiciaires. Ou alors négocier une rémunération pour faire le travail que chaque État est censé faire.

rocketcross-circle
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram