taureau - bull market

Êtes-vous ours ou taureau ?

De façon étrange, le monde de l’investissement est plein de symbolismes.

Notre imagination projette un grand nombre d’images sur la finance et ce qu’elle représente.

Ainsi, les multinationales sont des « géants ».

Les offre d’achats sont « hostiles ».

Les jours de krach sont « sanglants ».

En fait, ce genre d’allégories nous aide à saisir la réalité de ce qui se passe réellement dans cet univers souvent abstrait.

Il faut reconnaître que comprendre ce que sont exactement les actions, les obligations, les IPO, les stock splits et autres mots jargonneux n’est pas chose aisée.

Nous avons besoin d’une béquille pour rattacher ces notions à des éléments concrets du monde physique.

Quand on y réfléchit, c’est plein de bon sens.

L’économie et la finance, malgré leur côté ésotérique, s’inscrivent dans la nature.

Après tout, il s’agit juste d’une manière (très) avancée de gérer le partage des ressources.

Cela reste le fruit des interactions humaines tout comme les abeilles ou les fourmis se répartissent travail et ressources afin d’arriver à un résultat pour tout le groupe.

Il n’en reste pas moins que, tout « naturels » que soient nos modes d’organisations, ils sont très complexes.

Si complexes que ses propres inventeurs, nous humains, avons de la peine à les comprendre.

Nous faisons donc appel à des symboles pour donner vie à cet écosystème financier quelque peu opaque.

Alors, plutôt ours ou taureau ?

Parmi les métaphores les plus frappantes de la bourse, le combat du taureau contre l’ours est probablement la plus connue.

Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ?

Présenté comme ça, il faut reconnaître que cela ressemble plus à une histoire à dormir debout qu’à une fine analyse du monde financier.

Et pourtant.

Voici comment cela fonctionne.

Le taureau est le symbole des marchés qui montent.

On le désigne ainsi parce que si un taureau vous charge, ce que je ne vous souhaite pas, il attaque du bas vers le haut.

Démonstration :

En revanche, lorsque les marchés chutent, on parle d’un ours qui attaque.

S’il vous en veut, ce fier animal se dresse sur ses pattes arrière et vous tombe dessus avec ses énormes griffes.

Alors effectivement, nous aurions pu utiliser cette image pour décrire les impôts également, mais que voulez-vous, l’histoire à pris une tournure différente et ce sont les marchés baissiers qui ont hérité de l’image de l’ours.

Le percepteur devra se contenter du vampire.

Bref, l’ours est le symbole du crash boursier, de la baisse des prix et des corrections en général.

Il est l’ami des vendeurs à découvert (short sellers) qui aiment parier à la baisse.

Ainsi, lorsque le marché monte et qu’il y plus d’acheteurs que de vendeurs.

On parle alors de bull market, le marché du taureau.

À l’inverse, lorsque le marché descend et qu’il y a plus d’acheteurs que de vendeurs, c’est l’heure du bear market, le marché de l’ours.

Donc, pour résumer, le marché est une bataille entre deux sortes d’investisseurs, les ours (bears) et les taureaux (bulls).

Les taureaux pensent que le marché va monter alors que les ours pensent qu’il va descendre.

Si vous suivez cette lettre régulièrement, vous savez que le taureau gagne plus souvent que l’ours.

Les marchés, sur le long terme, ont plutôt tendance à grimper.

Mais lorsque l’ours se réveille, sa colère est terrible.

Il inflige alors de terribles raclées au marché qui s’affaisse très rapidement causant des effets de panique dévastateurs.

La réalité dépasse bien souvent la fiction.

Et alors que j’étudiais l’histoire de ces expressions, je me suis aperçu que de véritables combats entre taureaux et ours ont existé en Californie au XIXème siècle ! [1]

À l’époque, la Californie était encore mexicaine et des liens très forts existaient avec l’Espagne.

C’est pourquoi, des taureaux, inexistants à l’état sauvage en Amérique du Nord, furent importés exprès.

Les vaqueros (ou cow-boys), capturaient le désormais éteint grizzly de Californie.

Et auraient-ils pu avoir une meilleure idée que de faire combattre à mort ces deux puissants animaux aux tactiques si différentes ?

Que voulez-vous ? C’était une autre époque et les sensibilités étaient différentes.

L’ironie est que contrairement à ce qui se passe à Wall Street, il semble que le grizzly avait plus souvent l’avantage que le taureau lors de ces combats à mort.

Aujourd’hui, la chance a tourné en faveur du taureau.

D’ailleurs, il est intéressant de noter que notre soif de sang a été remplacée par une autre soif inextinguible : Celle de l’argent.

Je pense souvent que le commerce est un facteur de paix.

On oublie souvent que la bourse est tout simplement une forme de commerce et de négociation.

Si nous ne devons pas nous laisser corrompre par notre cupidité – et c’est particulièrement important pour être un bon investisseur – n’oublions pas non plus les vertus pacificatrices de cette extraordinaire machine que nous avons créé.

[1] https://www.atlasobscura.com/articles/bull-and-bear-fights-california

Date : 19 mars 2018

Publié par :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *