Les Investisseurs logo

Morningbull semaine 4 : Ça va finir par mal se finir

Morningbull semaine 4: La semaine qui vient de s’écouler aura été riche en évènements, mais encore plus riche en interrogations...
janvier 26, 2021
thomas-veillet-300x300-1

Morningbull semaine 4, pourquoi ça va mal se finir ?

La semaine qui vient de s’écouler aura été riche en évènements, mais encore plus riche en interrogations. Si vous ne l’avez pas remarqué, le monde a changé depuis mercredi, depuis que Biden a prêté serment et qu’il a redécoré le bureau ovale à sa manière. Le monde entier s’accorde à dire que cela sera une révolution, que c’est le retour des « vrais États-Unis ».

Reste à voir ce que ça veut dire. On a complètement oublié l’incompétence crasse de cet homme durant sa période de vice-président, mais visiblement l’ère Trump aurait donc permis à n’importe quel idiot de se faire élire à la place de l’ex-Président.

En effet, même Manuel Valls aurait pu devenir Président à la place de Trump.

L'euphorie

Toujours est-il que nous vivons dans une euphorie et quand l’être humain est en pleine euphorie, il a tendance à vivre avec des œillères et ne voir que ce qui l’intéresse, faisant fi de ce qui se passe autour de lui. On va donc oublier le fait que le COVID continue de faire son office. Oublier que les USA ont passé la barre des 400'000 morts et que le Président Biden LUI-MÊME a prédit 100'000 morts dans les 30 prochains jours.

De plus on va aussi oublier que la plupart des pays européens sont en confinement, semi-confinement ou couvre-feu. D'ailleurs, ça n’a pas l’air de s’améliorer pour les prochains mois. On va aussi oublier le fait que tout un pan de l’économie est en train de s’effondrer. Je pense aux restaurateurs, entre autres. Et qu’à force de tout fermer à moitié, on risque bien de tout fermer définitivement. On va surtout oublier le manque de coordination totale entre la plupart des gouvernements face à la pandémie. 

Morningbull semaine 4 et la force du stimulus à tout faire

Non, en 2021, même si l’année à l’air d’être partie pour être tout aussi pourrie que 2020 (surtout dans le sens de la qualité de vie), on semble parfaitement immunisé contre tout. Sauf contre le COVID, bien entendu. En tous les cas, les bourses mondiales sont immunisées contre tout et ce, pour deux raisons : 

  • Le(s) vaccins progressent 
  • Les STIMULUS sont multiples et variés et il y en aura encore et encore. Si, c’est Biden qui l’a dit. 

Pour résumer, nous sommes entrés dans une sorte de folie boursière qui n’a jamais été vue par le passé. Ou alors lors de la folie de la bulle internet. Pourtant, cette fois, en plus, tout le monde a le droit de donner son avis via les réseaux sociaux. Aussi, tout le monde est devenu expert en MARCHÉS FINANCIERS depuis quelques temps. 

Attention, je vous rassure, je ne me prétends pas être expert en la matière. Mais ces derniers temps, les recommandations débiles et les théories fumeuses deviennent de plus en plus fréquentes et reconnues. Tout ceci parce qu’elles viennent d’un type qui a eu raison sur quelque chose, une fois dans sa vie.

Je m’attends à tout instant à voir Nabilla ou une de ses cruches de collègues, faire de la pub pour l’investissement dans la haute-technologie américaine. En temps normal, j’aurais eu tendance à dire que ce que l’on vit me rappelle furieusement la bulle internet de l’an 2000 et que ça va finir par nous péter à la figure avec l’art et la manière. Mais quand j’en parle, on me dit que je suis fou, parce que les stimulus en série et les taux à zéro vont sauver le monde une fois pour toute. Et sincèrement, je vais vous dire, je l’espère. 

J'ai quelques doutes

En effet, des fois, j’ai des doutes. L’avenir nous le dira, mais disons que l’absence de logique, la survalorisation des boîtes qui ne gagnent pas un centime et les multiples performances complètement débiles qui foisonnent dans le marché, commencent à m’inquiéter. 

 

Performance - morningbull semaine 4

La folie et la rotation interne 

La semaine dernière aura donc vu à nouveau des records tomber. Le Nasdaq, le S&P500 et le Dow Jones, mais pas forcément tous en même temps. Ce qui était intéressant à observer, indépendamment des cas complètement ridicules sur lesquels je vais revenir, c’est que les investisseurs sont revenus sur les dossiers « sécurisés » et « sécurisant ».

Comprenez que l’on est revenu sur les FAANMG’s qui avaient été un peu délaissés ces dernières semaines. Mais depuis que Biden est arrivé, on s’est intéressé à ces big names qui vont bien dans toutes les situations, sur tous les terrains.

Pandémie ou pas pandémie, on ne peut pas négliger le fait que les résultats de ces dernières semaines devraient être à nouveau stratosphériques lors des publications du Q4 qui vont arriver.

On en a déjà eu un avant-goût qui a propulsé Netflix au plus haut de tous les temps après qu’ils aient annoncé des chiffres splendides et une croissance des abonnés quasi-parfaite. Il faut dire qu’ils ont tous bien compris que le retour dans les salles obscures n’est pas pour tout de suite. 

Toujours est-il qu’entre l’intronisation du nouveau demi-dieu américain et les chiffres de Netflix, on a pu observer un regain net d’intérêt sur les héros de 2020. Apple a même terminé au plus haut de tous les temps vendredi soir et on attend ses chiffres le 27 janvier, chiffres qui devraient démontrer des revenus de 100 milliards pour le trimestre et pour la première fois de l’histoire. 100 milliards de revenus pour un trimestre, même Tesla la meilleure société du monde n’y arrive pas – c’est fou. 

 

Graphique d’Apple – Source : Tradingview.com

 

Morningbull semaine 4 : Le Nasdaq porté par les technos

Avec une performance spectaculaire des FAANMG’s en fin de semaine, on ne pouvait pas imaginer autre chose que de voir le Nasdaq au plus haut de tous les temps. Le S&P500 n’est également pas loin et tout va bien dans le meilleur des mondes.  

Il est intéressant de voir que les investisseurs reviennent sur des techs « un peu plus solides ». C’est la version 2021 du « fly to quality ». Terme anglais que l’on utilise pour expliquer le fait que les investisseurs cherchent des endroits « un peu plus sécurisés que des actions surévaluées ». Avant, on achetait de l’or ou du 10 ans américain, en 2021 on achète Apple, Facebook, Google, Microsoft et Amazon. Les temps changent on dirait. Il est aussi absolument fabuleux de constater que tout le monde vomissait sur Facebook il a deux semaines. Sous prétexte d’atteinte à la liberté de parole et deux semaines après on est presque à une encablure du plus haut de tous les temps. Mark Zuckerberg vous remercie. 

 

Morningbull semaine 4 - Graphique du Nasdaq100 – Source : Tradingview.com

L'Europe moins dynamique

En Europe on est un peu moins dynamique. Il faut dire que la thématique du COVID pèse encore très fortement et que le Stimulus américain, c’est chouette, sauf que ce n’est pas nous, les Européens, qui vont toucher des chèques dès que ça se complique un peu.

Les indices n’ont donc rien fait de notable, si ce n’est le fait que les plus riches finissent la semaine confortablement dans leur fauteuil. LVMH frise presque les plus hauts de tous les temps, parce que c’est tellement super d’acheter des sacs en plastique et de boire du champagne dans la cuisine après le couvre-feu. 

Je ne vous cacherai pas que tendanciellement, je suis short sur le DAX et je ne serais pas étonné de voir une semaine sanglante sur l’Europe, tant l’indice semble fatigué. Aussi, il est vrai que si l’on regarde ce qui se passe en Europe en ce moment, on est plus tenté d’acheter du XANAX que des feux d’artifice. Mais encore une fois, tant que les USA s’accrocheront au fait que leur économie va cartonner grâce à Stimulus-Biden, le reste ne devrait pas baisser franchement. Et puis quand on voit ce que certains investisseurs sont en train de devenir, on a quand même un peu l’impression que la fête au village pourrait durer encore. J’y reviens juste sous le graphique du DAX. 

 

Graphique du DAX - Source : Tradingview.com

Morningbull semaine 4

Euphorie ou manipulation ?

Depuis plusieurs semaines, vous avez sûrement ressenti une certaine dose de méfiance dans mes propos sur les marchés financiers. J’ai plusieurs fois exprimé mes doutes sur l’avenir des bourses mondiales, j’ai souvent articulé mes craintes sur la thématique d’une certaine euphorie, sachant qu’une trop grosse euphorie est souvent les prémices d’une fin de cycle.

Puisque l’on parle d’euphorie, j’aimerais vous conter une histoire extrêmement représentative de ce qui se passe actuellement. Il s’agit de l’histoire de GameStop.

GameStop est une société qui vend des jeux vidéo. Dans la mouvance actuelle, elle a frisé la faillite il y a quelque temps, puisque les éditeurs permettent dorénavant aux joueurs de « downloader » les jeux directement via leur plateforme, que ce soit sur Playstation, XBOX ou Nintendo.

Si l’on observe la tendance du titre ces dernières années, on pouvait largement imaginer que la seule issue pour GameStop, serait la faillite, un jour ou l’autre. Depuis quelques temps, des nouveaux investisseurs ont réinvestit avec des nouveaux plans de restructuration qui avaient l’avantage de laisser un peu d’espoir. Et puis les spéculateurs se sont emparés de l’histoire. Des communautés « d’investisseurs » comme Robinhood se sont lancés dans GameStop et ont propulsé le titre à la hausse sous prétexte qu’un des investisseurs principaux à l’origine du plan de restructuration, est le fondateur de Chewy, Ryan Cohen. Cohen avait investi dans la société avec pour but de les aider à booster leurs ventes digitales.

Dynamite pour monter

Le titre qui valait 5$ à la fin de l’été est progressivement remonté jusqu’à 20$ et a soudainement entamé une hausse parabolique avec l’arrivée de Cohen dans le capital.

En cours de route, les fonds qui étaient massivement « short » sur le titre, pour des raisons évidentes de fondamentaux catastrophiques, se sont fait dynamiter à la hausse. Citron Research, la fameuse société de recommandations à la baisse, a recommandé de vendre GameStop. En effet elle estimait que ça ne valait de loin pas le prix payé actuellement. Ils avaient même prévu une conférence téléphonique mercredi dernier afin d’étayer leur argumentaire.

Repousser puis annuler

La conférence a été repoussée à jeudi à cause de l’investiture de Biden. Ce qui a été considéré comme une « bonne nouvelle » pour les ultra-spéculateurs. A ce moment, le titre remontait de 10%. La même chose s’est reproduite jeudi quand Citron Research a annulé sa conférence soudainement.

Graphique de GameStop – Source : Tradingview.com 

Et puis, après l’annulation définitive de la conférence, le titre a pris 50% vendredi parce que le fondateur de Citron Research a déclaré la chose suivante :

"Ce que Citron a vécu ces dernières 48 heures n'est rien de moins qu'un commentaire honteux et triste sur l'état de la communauté des investisseurs. Nous ne ferons plus de commentaires sur GameStop, non pas parce que nous ne croyons pas à notre thèse d'investissement, mais plutôt parce que la foule en colère qui possède ces actions a passé les 48 dernières heures à commettre de multiples crimes que je remettrai au FBI, à la SEC et à d'autres agences gouvernementales".

"Il ne s'agit pas seulement d'insultes et de piratage, mais aussi de crimes graves tels que le harcèlement d'enfants mineurs. Nous sommes des investisseurs qui placent la sécurité et la famille au premier plan, et lorsque nous pensons que cela a été compromis, il est de notre devoir de nous éloigner d'une action".

1300%

Le titre est en hausse de 1300% depuis la fin de l’été et les fondamentaux de GameStop n’ont pas évolué le moins du monde. Nous sommes dans un monde où les investisseurs commencent à menacer les analystes parce qu’ils ne sont pas d’accord avec eux ou parce qu’ils font des commentaires négatifs sur « leur société ». Ça devient profondément n’importe quoi et ce n’est pas un très bon signe de santé du marché. Ça ne veut pas dire que le krach va avoir lieu demain, mais ça n’est pas bon. Pas bon du tout.

Morningbull semaine 4 : Qu’attendre de la semaine qui arrive ?

Côté chiffres économiques nous aurons la publication du PIB de pas mal de grands pays, mais aussi la réunion de la FED qui devrait annoncer son intention de ne rien faire. Par contre, nous aurons une quantité astronomique de publications trimestrielles et il y aura du lourd, puisque c’est la semaine des « Big Names ». En vrac, il y aura :

Xilinx, Bank of Hawaii, Philips, Apple, Tesla, AMD, Facebook, Microsoft, Johnson & Johnson, GE, Boeing, 3M, AT&T, Lockheed, Verizon, American Airlines, McDonald’s, Abbott, Freeport McMoran, American Express, Xilinx, Starbucks, Caterpillar, MasterCard, Nasdaq et Texas Instrument.

Passez une excellente semaine et à lundi prochain.

Envie d'en savoir plus sur Morningbull 

Avant d'approfondir ce sujet précisément, Lucas Marchand, directeur de Vauban editions, vous propose de découvrir les 5 règles d'or de la bourse pour vous permettre d'atteindre vos objectifs financiers.
5 règles d'or de la bourse

Découvrez d'autres articles de Thomas Veillet

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
envelopecross-circle
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x