Meilleur investisseur

Vous êtes un meilleur investisseur que vous ne le pensez

Cela va probablement vous étonner.

Lorsque j’ai réalisé ça moi-même, ça m’a scié.

Il y a beaucoup de clichés qui circulent sur la bourse.

Une grande partie du chemin pour devenir investisseur consiste à les démonter un par un.

Une fois que c’est fait, on comprend qu’il est tout à fait possible, et même avantageux, de gérer une partie de ses investissements en direct.

Le préjugé dont je vais vous parler aujourd’hui est particulièrement tenace.

Ce n’est pas étonnant car c’est grâce à lui que l’industrie financière fait son beurre. Cette dernière ne fait donc pas exactement beaucoup d’efforts pour lui tordre le cou.

Le voici : nous serions incapables d’investir notre propre argent.

Or, rien n’est plus faux.

Les bons investisseurs

Pour être un bon investisseur, il n’y a pas besoin d’être une multinationale ou un surdoué.

Il ne faut pas non plus être un dingue des maths qui passe ses journées la tête dans les tableaux Excel, les graphiques et les formules alambiquées.

Une sorte de machine de guerre en costard, ultra-payée, qui déduit les prochains mouvements de l’Univers au moyen de savants calculs.

En passant, je signale que c’est VOUS qui payez la machine de guerre hors de prix si vous investissez votre argent dans un fonds de placement ou via votre banque.

Ces images tenaces nous habituent à penser que seule l’industrie financière est capable d’investir notre argent avec responsabilité.

Si nous nous y prenons seuls, pauvres humains. Sans aucun doute, nous allons y laisser notre chemise.

Et pourtant, les affaires Kerviel (Société Générale) et Kweku Adoboli (UBS), deux traders qui ont perdu des milliards après des opérations irrégulières, ont bien démontré que les grands organismes pouvaient faire bien pire que nous.

Ces deux traders ont été victimes de leurs émotions et se sont laissé emporter dans des logiques irrationnelles. Leurs diplômes ne leur ont été d’aucune aide.

C’est autre chose qui leur manquait. Quelque chose qui est accessible à presque chacun d’entre nous.

Réussir en bourse

Ce dont vous avez besoin pour réussir en bourse, c’est de logique et de bon sens.

C’est ce qu’affirme Peter Lynch, un des plus grands gérants de fonds de placement de tous les temps (Fonds Magellan) :

Peter Lynch est un investisseur célèbre qui a géré le fonds Magellan
”Avec le recul, il est évident que l’étude de l’histoire et de la philosophie était une bien meilleure préparation à la bourse que les statistiques, par exemple. Investir est un art et non une science, et ceux qui ont été formés à tout quantifier ont un grand désavantage. Si la sélection de titres pouvait être quantifiée, vous pourriez louer un super-ordinateur et faire une fortune.” [1]

C’est évident une fois qu’on y pense vraiment. La finance et les entreprises qui la sous-tendent sont composées d’humains avant tout.

Des êtres d’émotions imparfaits dont les actions ne peuvent pas être modélisées dans des formules mathématiques.

C’est donc avant tout l’observation attentive du monde qui nous entoure qui va nous permettre de déceler les meilleures opportunités d’investissement sur les marchés.

  • Quelles sont les tendances de l’économie en ce moment ?
  • Qu’est-ce qui suscite l’enthousiasme des consommateurs ?
  • Y a-il des technologies dont l’efficacité est si grande, qu’elles vont forcément être adoptées à travers le monde ?

Et quelle sont les entreprises les mieux placées pour en tirer bénéfice ?

C’est à ces questions que nous devons répondre avant tout. Et pour y arriver, il faut simplement un bon sens de l’observation et de la recherche.

Bien-sûr, je ne dis pas que vous devez complètement ignorer les chiffres d’une entreprise. Au contraire, ceux-ci ont une importance capitale.

Mais les fondamentaux financiers d’une valeur, chiffre d’affaires, bénéfice, dette, ne demandent pas un prix Nobel pour être comprises.

Chacun y a accès à travers les rapports financiers publiés sur les sites Internet des sociétés et les calculs nécessaires pour en tirer des conclusions sont extrêmement basiques.

Avec les bonnes analyses, vous pouvez dénicher les entreprises dont la valeur va être multipliée par 3, 4 ou 5 sur le long terme.

Et il n’y a même pas besoin de viser juste à chaque fois.

Une fois encore, l’actif le plus sous-estimé de France, c’est vous !

Trouvez en une seule parmi tous vos investissements et c’est la garantie de battre largement n’importe quel autre placement.

Lucas

Les Investisseurs

Sources:

[1] Lynch, P. (2000), One Up On Wall Street: How To Use What You Already Know To Make Money In The Marke. Simon & Schuster; 2nd edition (April 3, 2000).

Date : 22 novembre 2017

Publié par :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *