Les Investisseurs logo

Le premier vaccin contre la malaria est en route...

mars 9, 2021
jeff brown

Bientôt la fin de la malaria

Nous commencerons aujourd'hui par un développement passionnant dans le domaine de la biotechnologie.

Une équipe de Yale a mis au point le premier vaccin au monde capable d'immuniser les gens contre la malaria. Il s'agit d'une avancée incroyable.

Comme les lecteurs le savent certainement, la malaria est une maladie transmise par les piqûres de moustiques. Ce que beaucoup de lecteurs ne savent peut-être pas, c'est l'ampleur réelle d'une épidémie de malaria.

Un triste bilan

On estime à 229 millions le nombre de cas de paludisme dans le monde en 2019, principalement dans les pays en développement.

Et environ 409 000 personnes sont mortes des suites d'une contamination par le paludisme au cours de la même période. Plus triste encore, 274 000 de ces décès sont causés chez des enfants de moins de cinq ans. Cela représente 67 % des décès.

Avec autant de cas et de décès chaque année, comment se fait-il que nous venions de découvrir le premier vaccin contre la malaria ?

Eh bien, la malaria est un problème difficile à résoudre.

L'origine de la malaria

Cette maladie est causée par un parasite appelé Plasmodium malariae. Et ces parasites contiennent une protéine qui inhibe la croissance des cellules T, qui sont importantes pour notre système immunitaire.

Notre corps développe les cellules T pour combattre tout virus ou agent pathogène. Mais les parasites du Plasmodium nous empêchent de produire des cellules T. C'est pourquoi la malaria est si difficile à combattre.

Jusqu'à présent.

L'équipe de Yale a utilisé une plate-forme à base d'ARN pour développer le vaccin. Cette approche écarte les protozoaires parasites Plasmodium et permet à notre corps de produire des cellules T comme à l'ordinaire. Cela nous aide à construire une immunité.

Il s'agit de l'approche la plus prometteuse à ce jour pour lutter contre la malaria. Et elle s'est avérée très efficace sur des modèles de souris. La prochaine étape consiste à l'étendre aux essais cliniques sur l'homme.

Le moustique de la malaria
jeff brown expert tech USA
Entrez dans les coulisses de la tech
Rejoignez l'investisseur spécialisé dans la tech
Découvrez les technologies qui feront notre avenir
5 règles d'or pour cartonner en bourse avec la tech
inscrivez-vous à la newsletter gratuite de L'Investisseur Tech 

Quand Yale s'associe à Oxford

À cette fin, l'équipe de Yale s'est associée à une équipe de l'université d'Oxford. C'est cette même équipe qui a contribué à faire progresser le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca dans le processus d'essais cliniques sur l'homme. Cela a permis au vaccin d'obtenir une autorisation d'utilisation d'urgence en Europe.

Il s'agit donc d'un partenariat logique pour l'avancement de ce nouveau vaccin contre la malaria. Je suivrai certainement de près l'évolution de ce vaccin au fur et à mesure qu'il sera testé sur l'homme.

De plus, l'équipe de Yale a indiqué que son vaccin contre la malaria ne serait pas coûteux à produire. Il sera facile d'augmenter la production du vaccin. Et cela permettra une distribution de masse dans les pays les plus touchés.

Nous parlons donc ici d'un développement qui change le monde. Ce vaccin pourrait protéger des centaines de millions de personnes contre la malaria chaque année, sauvant ainsi des centaines de milliers de vies chaque année - en particulier des enfants.

Je dois également souligner que tout cela est dû à l'essor des thérapies à base d'ARN.

Une technologie développée grâce au Covid

Comme nous l'avons déjà dit, le succès dont ont fait preuve Moderna et BioNTech en utilisant la technologie de l'ARNm pour développer rapidement leurs vaccins COVID-19 a été un coup de fouet pour toute l'industrie.

Leur succès a démontré que les entreprises de biotechnologie sont désormais tout aussi "tech" que "bio". Elles peuvent innover et itérer à la volée, tout comme les meilleures entreprises technologiques du monde.

Et cela a conduit à l'injection de milliards de dollars dans l'industrie pour financer le développement de nouvelles thérapies - en particulier de nouvelles thérapies à base d'ARN.

Nous sommes ici au début d'une tendance massive et pluriannuelle.

J'ai déjà dit que les années 2020 seront la décennie de la biotechnologie. Et je suis convaincu que l'ARN sera le secteur le plus dynamique de la biotechnologie en 2021.

Dans mes différentes publications, je présente des entreprises qui sont inscrites dans cette tendance. Je souhaite que tous mes lecteurs soient positionnés dans ce changement de paradigme technologique qui va changer le monde.

Note de l’éditeur : Notre offre Trading Biotech de Jeff Brown est maintenant fermée. Nous vous avertirons lorsque ce service réouvrira. Jeff offre également de belles opportunités de biotechnologie, notamment dans les sociétés développant des vaccins à base d’ARNm dans sa publication Le Millionnaire High-Tech.

Envie d'en savoir plus sur la biotechnologie 

Avant d'approfondir ce sujet précisément, Lucas Marchand, directeur de Vauban editions, vous propose de découvrir les 5 règles d'or de la bourse pour vous permettre d'atteindre vos objectifs financiers.
5 règles d'or de la bourse

Envie de découvrir des articles sur la technologie ?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Eric de la marnierre MD
Eric de la marnierre MD
4 mois il y a

Sauf erreur la quasi totalité de la mortalité du paludisme est liée à plasmodium falciparum et non à malariae. Pourquoi alors se focaliser sur ce type de paludisme plus récidivant mais moins grave ?

Yves
Yves
4 mois il y a

Des séquences vidéos sur YouTube mettent en avant une plante susceptible de permettre de soigner le paludisme de quelque origine qu'il soit en buvant des infusions répétées pendant quelques semaines seulement. Cette plante semble facile à cultiver car peu exigeante et serait plutôt prolifique. Les effets thérapeutiques sont certifiés par des médecins présents sur place avec des moyens suffisants pour affirmer que toutes traces du parasite avaient disparues.
Nul doute que les populations concernées, car à risque, préféreront-elles disposer de cultures de cette plante à portée de la main plutôt que d'être dépendantes des entreprises pharmaceutiques et des transporteurs et des distributeurs et des gouvernants divers qui demanderont le paiement de leurs services d'intermédiaires.
Les réalisateurs de cette vidéos signalaient le défaut d'engagement de l'OMS et de la Fondation de Bill Gate, et des gouvernants concernés par les territoires où était cultivée cette plante, de vérifier les effets vécus par les populations locales, sous prétexte que les effets thérapeutiques n'en avaient pas été officiellement évalués par des études randomisées, etc. Mais en outre, ces 2 organisations refusaient de se donner les moyens d'étudier la question sur les lieux où l'utilisation de cette médication est mise en pratique, ou ailleurs (labos, hôpitaux...)
Que savez-vous de cette option garantissant la santé et la liberté ? De ces informations dans leur globalités ? S'agit-il d'une fake news ? Merci par avance pour votre réponse. Vous souhaitant la meilleure continuation.

Télécharger GRATUITEMENT les 5 cryptos recomandées par nos experts
cross-circle
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x