Les Investisseurs logo
avril 5, 2021
Clément Bourdy

Fuir les marchés ? Quels sont ces signaux si inquiétants

Fuir les marchés en 20201 ? En tout cas, ils font n'importe quoi. Et les marchés sont le reflet de ce que font les investisseurs ...
avril 5, 2021
Clément Bourdy
Maximiser vos GAINS
en payant moins
D'IMPOTS

Fuir les marchés ? Quels sont ces signaux si inquiétants

Chers investisseurs, chers futurs investisseurs,

Je vous parle depuis plusieurs jours de cette bulle qui gonfle sur les tech’ américaines. Je ne suis pas seul d’ailleurs. Des observateurs du marché en parlent.

Qu’un indice, comme le NASDAQ, monte déraisonnablement, c’est une chose.

Mais une bulle, c’est aussi une dynamique, un ensemble de signaux

Tour d’horizon de ces choses qui se passent ici et là depuis plusieurs mois.

fuir les marchés 3

Un gigantesque appel d’air

Comme d’autres crises avant elle, 2020 devait nous calmer. Elle a eu l’effet inverse.

Elle semble exacerber les comportements et accélérer notre course effrénée au profit. Aujourd’hui, tout le monde - et n’importe qui - achète des produits financiers.

Les files d'attente aux portillons des plus grandes plateformes de trading (Degiro, Interactive Brokers) en témoignent.

Même en France

Un pays qui n'est pourtant pas réputé pour son goût des marchés financiers... Les particuliers se sont rués sur les actions. Rien qu'en mars 2020 au plus fort de la crise, 150 000 nouveaux investisseurs sont arrivés. Alors, les plateformes de trading durcissent les tests de connaissance pour éviter les dérapages.

Des marchés qui font le grand écart

En ce moment, c’est tout ou rien. C’est le secteur tech’ contre... le reste du monde. D’un côté, heureusement.

Car une bulle sectorielle, au contraire d’une bulle globale, nous laisse au moins l’espoir de dégâts moindres lorsque les choses tourneront mal.

Quelle curieuse bulle. Construite à la suite d'un stress économique violent et non au terme d’une période économique faste ou de stabilité et d'optimisme.

Un grand écart depuis mars 2020

Qui consiste à délaisser les secteurs risqués (et non-résilients face à la crise sanitaire) pour favoriser les secteurs résilients. Un fossé entre les valeurs technologiques et les valeurs cycliques. Une énorme rotation, unique, dans un seul sens.

Résultat : une équipe de valorisations stratosphériques face à une équipe massacrée à la tronçonneuse. Et des évolutions de cours de bourse qui ne peuvent, à aucun moment, être rationalisés par des faits économiques.

fuir les marchés

Quand ça part dans tous les sens

Je m'étonne toujours de voir la facilité avec laquelle une quantité de personnes peut disserter sur la bourse actuellement.

Au point qu’on pourrait peut-être formuler un nouveau précepte :

C'est lorsqu'on commence à parler de bourse à la machine à café que la bulle est là.

J'ai pu moi-même le constater récemment.

"Clément, on s'ennuie en ce moment en bourse".

C’est vrai que ces derniers temps, on a été mal habitué. À la volatilité, et peut-être même aux gains faciles et rapides. Mais il faut admettre une chose : Les marchés font n'importe quoi.
Et les marchés sont le reflet de ce que font les investisseurs.

La preuve.

Hertz, symbole d’une spéculation extrême

Hertz, l’histoire d’une faillite.

Pour contextualiser, lorsqu’une entreprise se déclare en faillite, ses actions ne valent plus rien. 0 €.

Les créanciers de la société sont prioritaires. Viennent ensuite les actionnaires… qui en général ne revoient plus jamais leur mise de départ.

Alors quand Hertz a déclaré sa faillite, on aurait pu s’attendre à un cours qui tend vers 0. Non.

240 %.

C’est le score du titre en 3 jours, de 1,8 à 6 dollars.

fuir les marches 1

Des achats massifs de titres qui techniquement ne valent plus rien, au nom de la spéculation

Le pire dans cette histoire, c’est qu’il n’y a pas que les actionnaires qui sont devenus fous. La société elle-même a profité de cet engouement et de la hauteur du cours pour lever des capitaux.
Une augmentation de capital en pleine faillite. Pour financer ses créanciers. Pour faire simple : une arnaque.

Vous allez me dire : “Clément, vraiment, tu exagères. Tu nous sors l’exemple le plus terrible”.

Hertz seul symbole de cette spéculation extrême ?

Eh bien non...

JC Penney, Whiting Petroleum, Chesapeake Energy, California Resources, Pear 1, Wirecard… sont autant de valeurs qui sont en faillite et pourtant qui ont connu ces derniers mois des bonds en bourse d’environ 250 %.

De signes en signes

Ces signes d’euphorie se sont multipliés ces derniers mois. Des signes comme on en plus vus depuis longtemps… des signes parfois inédits.

C’est pourquoi j’adapte actuellement ma stratégie à des phénomènes qui finalement ne sont pas si fréquents que ça (et heureusement).
À très vite

Envie d'en savoir plus sur l'état des marchés financiers en 2021 

Avant d'approfondir ce sujet, je vous propose de découvrir les 3 règles pour exceller avec l'analyse technique et améliorer les rendements de vos investissements.
3 règles de l'analyse technique

Découvrez d'autres articles de Clément Bourdy

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Télécharger GRATUITEMENT les 5 cryptos recomandées par nos experts
cross-circle
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x