Les Investisseurs logo

Les questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12

Les questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12 : cryptomonnaie gouvernementale, entrée en bourse de Starlink et organes cultivés.
mars 22, 2021
jeff brown

Les questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12

Durant toute la semaine, j'ai reçu des questions de la part de mes lecteurs et j'en ai sélectionnés certaines pour cette rubrique "Les questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12".

Commençons par une question sur Starlink

J'ai une question pour Jeff à propos de Starlink. Je sais que tu obtiens beaucoup d'informations avant les autres. Sais-tu si Elon a pensé à rendre Starlink public ? Je suis un grand fan. Merci.

- Terry R.

Bonjour, Terry. Merci de nous avoir écrit pour nous poser votre question

Pour les nouveaux lecteurs, Starlink est la constellation de satellites de SpaceX. Son objectif est de créer un réseau de satellites autour de la Terre qui puisse fournir un accès à Internet partout sur la planète, en particulier dans les zones où les fournisseurs d'accès à Internet sont très limités ou inexistants.

À l'heure actuelle, Starlink a lancé plus de 1 000 satellites en orbite, avec un objectif final de 42 000 satellites prévus.

Et l'entreprise commence déjà à déployer son service bêta. Je suis actuellement sur la liste pour l'essayer.

Mais Starlink prévoit-elle d'entrer en bourse ? La réponse est simple : oui.

Début 2020, le président et directeur de l'exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell, a déclaré à un groupe d'investisseurs que Starlink était susceptible de se scinder et d'entrer en bourse.

Le PDG de SpaceX, Elon Musk, a également fait part de son intérêt à le faire dès que l'entreprise commencera à générer des flux de trésorerie prévisibles.

Sur la base du rythme actuel de déploiement du réseau de satellites, des performances actuelles de son réseau bêta et de mes propres recherches sur le projet Starlink, je prédis qu'une introduction en bourse de Starlink aura lieu dans les 18 prochains mois.

Musk a estimé que Starlink pourrait rapporter 30 milliards de dollars de revenus chaque année une fois que ses 12 000 premiers satellites seront lancés. Ce serait un business incroyable à cette échelle.

Je pense que Musk veut lever des capitaux supplémentaires ou des obligations pour aider à financer le développement de Starlink. Ce sont les mêmes tactiques qu'il a utilisé avec Tesla.

Avec un tel potentiel de revenus, les banques d'investissement, les fonds d'investissement privés et les fonds de capital-risque vont s'aligner.

Avec la perspective d'une introduction en bourse de Starlink, les investisseurs ont une sortie claire. Ils peuvent investir maintenant et comptabiliser leurs profits lorsque Starlink entrera en bourse. La plupart des opérations de capital-risque n'ont généralement pas d'issue avant huit ou dix ans, c'est donc une proposition intéressante.

Musk fait preuve d'une grande intelligence ici. Cette opération permettra de lever des capitaux pour SpaceX également, et pas seulement pour Starlink. C'est essentiel pour son plan.

Musk veut que SpaceX reste privé jusqu'à ce qu'il lance régulièrement sa fusée Falcon Heavy et son vaisseau spatial. Mais pour ce faire, il aura toujours besoin d'importantes injections de capitaux. Une levée de fonds réussie pour Starlink et une introduction en bourse ultérieure font probablement partie de ce plan stratégique...

Et pour les investisseurs, une société Starlink cotée en bourse pourrait être une cible d'investissement très attrayante.

Nous ne manquerons pas de tenir nos lecteurs informés de toute nouvelle information..

questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12 1

Les possibilités offertes par les entreprises technologiques "produites en laboratoire"

Un autre lecteur souhaite en savoir plus sur les organes cultivés en laboratoire :

Bonjour Jeff, je comprends la volonté de réaliser cette percée technologique, et je vais probablement investir en lui donnant une place dans votre portefeuille modèle.

Cependant, pour la transplantation, je préférerais de loin les organes cultivés en laboratoire à la culture d'organes en ferme. J'ai la même opinion sur la viande cultivée en laboratoire. Globalement, cela permet d'économiser de l'espace et des ressources pour cultiver en fonction de la demande.

C'est comme la fabrication additive biologique par rapport à la soustraction. Connaissez-vous des entreprises qui prévoient d'entrer en bourse dans ce domaine ? Je serais très intéressé de lire vos réflexions à ce sujet. Merci à tous pour votre excellent travail.

- Jason A.

Salut, Jason - Je salue l'intérêt que vous portez à ce sujet.

Je pense que vos commentaires sont en rapport avec notre récent article sur l'utilisation de porcs génétiquement modifiés pour les transplantations d'organes. Il s'agit de répondre à un besoin crucial.

Plus de 100 000 personnes aux États-Unis sont actuellement en attente d'une greffe d'organe. Et environ 20 personnes meurent chaque jour parce qu'elles n'ont pas reçu un organe à temps. Il n'y a tout simplement pas assez d'organes transplantables disponibles pour ceux qui en ont besoin.

Une réponse à ce problème est la xénotransplantation

Il s'agit de la transplantation de cellules, de tissus ou d'organes d'une espèce à une autre, généralement d'animaux à des humains. Et il s'avère que les organes de porc sont dans de nombreux cas les plus compatibles avec l'homme.

Mais le corps humain rejette souvent les organes de porc parce qu'il détecte des gènes étrangers.

C'est là que les porcs génétiquement modifiés entrent en jeu. Nous pouvons utiliser l'édition génétique pour rendre les organes acceptables pour la transplantation.

Plus récemment, nous avons parlé d'eGenesis, la société fondée par le célèbre généticien de Harvard et entrepreneur George Church.

Elle est à l'avant-garde d'une grande partie de ce travail. Elle commence par les reins, ce qui pourrait changer la donne pour les personnes souffrant d'insuffisance rénale. Elle travaille également sur des cellules qui peuvent aider à traiter le diabète de type 1.

Ce n'est pas la seule entreprise à travailler dans ce domaine.

Au début de l'année, nous avons écrit sur une société en phase de démarrage appelée XenoTherapeutics, qui teste actuellement des greffes de peau provenant de porcs modifiés pour traiter les grands brûlés dans un essai clinique de phase 1. La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé ces porcs génétiquement modifiés pour des applications alimentaires et médicales.

Mais je comprends que certains lecteurs soient un peu mal à l'aise avec cette idée ou s'intéressent à des solutions alternatives. La bonne nouvelle est que certains grands esprits travaillent pour fournir des options supplémentaires.

En 2019, SpaceX a livré une imprimante 3D à la Station spatiale internationale (ISS).

Cette imprimante s'appelle BFF, pour BioFabrication Facility. Mais BFF n'est pas une imprimante 3D comme les autres. Elle utilise des cellules humaines comme matériau de base pour imprimer des tissus humains. Il s'agit de la première étape vers l'impression d'organes humains fonctionnels.

L'impression 3D d'organes sur Terre n'a pas donné de bons résultats. Sous l'effet de la gravité, le tissu n'est pas stable... et il s'effondre souvent. Cela a été le plus grand défi jusqu'à présent.

Mais en apesanteur, les tissus restent stables. Et en avril dernier, le BFF a réussi à imprimer un ménisque - un morceau de cartilage qui sert d'amortisseur dans les articulations du genou.

Je suis donc ravi de voir les progrès réalisés par toutes ces entreprises de pointe qui s'efforcent de sauver des vies.

Alors que la plupart des entreprises travaillant dans ce domaine sont encore privées, Organovo est une société cotée en bourse qui a été un pionnier dans ce domaine. Son introduction en bourse a eu lieu en 2012, et elle partageait la mission que vous avez exprimée.

Mais alors qu'il y avait un incroyable engouement autour d'Organovo entre 2012 et 2014 à l'idée de pouvoir simplement imprimer des organes, la réalité s'est avérée bien différente. Imprimer des organes ou des tissus est extrêmement difficile, et l'entreprise se bat avec la science depuis des années.

Elle a continuellement besoin d'argent supplémentaire pour financer la recherche, sans aucune source de revenus solide. Viscient Biosciences a tenté d'acquérir Organovo en 2019, mais l'opération a échoué. Puis, l'année dernière, Tarveda Therapeutics a également essayé d'acheter la société, et cet accord a également échoué.

Je n'ai pas recommandé Organovo, mais je garde un œil sur la société.

Elle s'est récemment éloignée du rêve d'imprimer des organes. Organovo se concentre désormais sur ses bio-imprimantes physiques en tant que produit et sur le développement de la thérapie tissulaire pour les intestins.

Son objectif est de soumettre plusieurs demandes d'autorisation de mise sur le marché de nouveaux médicaments (IND) d'ici 2025. Il s'agit d'une stratégie différente pour l'entreprise, nous verrons donc comment cela se passe.

Mes lecteurs peuvent être assurés que je me tiendrai au courant de ce sujet et que je partagerai toutes les opportunités que je découvrirai dans les mois et années à venir.

questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12
jeff brown expert tech USA
Entrez dans les coulisses de la tech
Rejoignez l'investisseur spécialisé dans la tech
Découvrez les technologies qui feront notre avenir
5 règles d'or pour cartonner en bourse avec la tech
inscrivez-vous à la newsletter gratuite de L'Investisseur Tech 

Le gouvernement américain utilisera-t-il une CBDC ?

Terminons par une question sur les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) :

Que pensez-vous du fait que les banques centrales aient le contrôle total de nos finances ? D'après ce que je comprends avec cette "nouvelle monnaie", il leur sera plus facile de nous prendre de l'argent, car la monnaie numérique ne sera pas physiquement entre nos mains.

- Sue W.

Bonjour, Sue, et merci de m'avoir envoyé votre question. Nous nous dirigeons définitivement vers les CBDC, c'est donc un bon sujet à aborder.

Comme je l'ai écrit dans ma série de prédictions à la fin de 2020, nous avons vu beaucoup de développement dans cet espace, en particulier par la Chine.

En octobre de l'année dernière, nous avons appris que la People's Bank of China (PBC) allait commencer à tester son CBDC dans la ville de Shenzhen. Près de 50 000 citoyens ont reçu chacun environ 30 dollars de la nouvelle monnaie numérique chinoise pour ce test sur le terrain.

C'est un signe clair que la Chine est sur le point de lancer sa CBDC à grande échelle.

questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12 2

Mais qu'en est-il des États-Unis ?

En février 2020, nous avons appris que la Réserve fédérale étudiait activement une monnaie numérique. Et une première version du projet de loi de relance COVID-19 comprenait même une proposition de dollar numérique américain. Cette proposition a finalement été supprimée du projet de loi final, mais elle démontre que cette idée fait son chemin.

Cela dit, je ne pense pas qu'une CBDC américaine verra le jour en 2021. Il m'est difficile de voir les États-Unis agir aussi rapidement. Mais même si une CBDC n'est pas lancée cette année, elle le sera peu après. C'est inévitable.

Pour l'instant, le dollar américain est la monnaie de réserve mondiale. Mais ce que nous voyons ici, c'est un système financier radicalement nouveau qui prend forme.

La Chine a lancé sa monnaie numérique de manière limitée. La Russie prévoit également de lancer une version numérique du rouble. Si les États-Unis ne trouvent pas le moyen de lancer une CBDC, ils risquent de ne pas être compétitifs dans ce nouveau monde.

Mais l'autre raison pour laquelle cela est inévitable est que les avantages pour le gouvernement américain - ou tout autre gouvernement, d'ailleurs - sont tout simplement trop élevées.

Par exemple, avec un dollar numérique, il aurait été beaucoup plus facile pour le gouvernement de distribuer des fonds de relance pendant la pandémie. Nous nous serions tout simplement réveillés un jour et aurions constaté que ces dollars numériques avaient été "parachutés" dans nos portefeuilles numériques.

Et cela permettrait au gouvernement fédéral de contrôler encore plus étroitement l'argent que nous utilisons.

Une fois qu'une CBDC américaine sera émise, le gouvernement commencera certainement à retirer du système tous les billets et pièces de monnaie en papier. On nous dira que "nous n'en avons plus besoin" et que "la suppression de la monnaie physique nous "protègera" parce que le papier-monnaie répand des microbes".

Et je prédis qu'on nous dira, après un certain temps, que les pièces de monnaie ou les dollars en papier ne seront plus acceptés comme monnaie légale aux États-Unis.

La motivation première du gouvernement est de résoudre un problème simple. L'argent physique ne peut pas être suivi comme le ferait une CBDC.

Une CBDC permettrait au gouvernement de suivre et de taxer chaque transaction que nous effectuons. L'Internal Revenue Service (IRS) s'en donnerait à cœur joie. Quel gouvernement ne voudrait pas de ce genre de contrôle ?

Et bien sûr, une CBDC rend également possible des choses comme des taux d'intérêt négatifs. La Fed pourrait déduire les intérêts de nos portefeuilles numériques chaque mois pour encourager les dépenses dans l'espoir de stimuler l'économie.

C'est le scénario le plus probable pour que le gouvernement "prenne" notre argent en utilisant une CBDC. Et c'est une préoccupation bien réelle. Une simple pression sur un bouton pourrait entraîner une hausse des taux d'imposition pour toutes les distributions de la CBDC.

Mais je pense qu'un risque encore plus grand est qu'une CBDC permet à un gouvernement d'"imprimer" plus facilement de la nouvelle monnaie.

Lorsqu'un pays augmente sa dette à des niveaux trop élevé et qu'il se contente d'"imprimer" de l'argent pour contrôler artificiellement sa dette, les choses tourne très mal.

Nous verrons cette tendance s'accentuer progressivement. Nous venons déjà de le voir cette année avec le dernier projet de loi de 1 900 milliards de dollars qui n'a pas grand-chose à voir avec les mesures d'allègement du COVID-19.

Et si un gouvernement n'est pas transparent avec sa propre politique monétaire et le nombre de nouvelles unités monétaires qu'il crée, ses citoyens ne sauront pas que leur monnaie est activement dévaluée. Leurs économies s'éroderont effectivement.

questions & réponses de L'Investisseur Tech semaine 12 3

Je ne dis pas tout cela pour inquiéter les gens, mais je partage vos préoccupations, Sue.

Et comme je pense qu'une CBDC est inévitable à l'avenir, il est important que nous soyons conscients des inconvénients potentiels ainsi que des avantages. Et bien sûr, il sera important pour nous de comprendre les implications en matière d'investissement dans un tel environnement.

Peut-être qu'après tout, les métaux précieux pourraient avoir un avenir dans ce type d'environnement ? Et si elles ne sont pas interdites elles aussi, les cryptomonnaies de haute qualité comme Bitcoin pourraient également constituer une bien meilleure réserve de valeur.

Je ne manquerai pas de tenir mes lecteurs informés des détails qui seront révélés dans les mois à venir.

Passez une bonne semaine.

Salutations,

Envie d'en savoir plus sur Starlink 

Avant d'approfondir ce sujet précisément, Lucas Marchand, directeur de Vauban editions, vous propose de découvrir les 5 règles d'or de la bourse pour vous permettre d'atteindre vos objectifs financiers.
5 règles d'or de la bourse

Envie de découvrir des articles sur la technologie ?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Télécharger GRATUITEMENT les 5 cryptos recomandées par nos experts
cross-circle
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x