Les Investisseurs logo

La maturation du secteur des cryptos

juin 11, 2021
jeff brown

Google accepte les publicités des cryptos

Google vient d'ouvrir la porte aux bourses d'échange d'actifs numériques pour faire de la publicité sur sa plateforme. C'est révélateur...

Je soupçonne la plupart des gens de ne pas le savoir, mais Google a interdit la publicité sur les cryptos sur sa plateforme en mars 2018. Et il a immédiatement fermé toutes les annonces existantes sur les actifs numériques et les crypto-monnaies.

On ne penserait pas que Google s'adonne à la censure, surtout pas à l'époque. Mais Google a montré son vrai visage. Et cela a eu un impact majeur sur l'ensemble du secteur des actifs numériques.

Après tout, comment une industrie naissante peut-elle gagner des clients si elle ne peut pas faire la publicité de ses services ?

Bien sûr, Google a affirmé que cette interdiction visait à assurer notre sécurité à tous. Il a déclaré qu'il y avait trop d'escroqueries dans le secteur.

Et bien qu'il y ait eu quelques mauvais acteurs dans l'espace crypto, il y a des escroqueries dans tous les secteurs. C'est pourquoi les précautions de base sont si importantes lors des décisions d'investissement et d'achat.

Heureusement, Google vient de lever cette interdiction, du moins partiellement. Google autorise désormais les bourses d'actifs numériques et les sociétés de crypto-monnaies qui ont franchi certains obstacles réglementaires à faire de la publicité.

À partir du 3 août, les bourses et les sociétés qui répondent aux critères de Google seront libres de commencer à faire de la publicité. Je suis sûr que nous allons assister à une avalanche de publicités sur les actifs numériques. C'est comme si un poids important avait été enlevé au secteur.

Et je tiens à souligner que le timing de cette initiative n'est pas une coïncidence.

Lorsque la plateforme Coinbase est entrée en bourse au début de l'année, elle a apporté beaucoup de crédibilité à l'ensemble du secteur.

Maintenant qu'elle est une société publique, Coinbase est tenue de publier ses résultats chaque trimestre. Cela offre un niveau de transparence qui n'a jamais existé auparavant dans le secteur.

Et comme nous l'avons dit, il s'avère que Coinbase est incroyablement rentable. En fait, c'est maintenant la plus grande plateforme de courtage au monde, et de loin. Il ne fait aucun doute que Google souhaite attirer des fonds publicitaires de Coinbase en raison de son incroyable succès.

En outre, d'autres sociétés d'actifs numériques de premier plan, telles que Kraken, Circle et Ripple Labs, envisagent toutes d'entrer en bourse dans un avenir proche. Cela renforcera encore plus la crédibilité de l'industrie.

Ce que nous voyons ici est un signe que l'industrie des cryptos est en train de mûrir. C'est ainsi que cela se passe.

Et cela signifie que Google ne peut plus justifier l'interdiction des publicités des entreprises du secteur qui respectent la réglementation.

C'est très encourageant pour le secteur des cryptos. Nous allons voir le secteur se développer rapidement, attirant de nouveaux utilisateurs dans le processus. Et je suis sûr que de fantastiques opportunités d'investissement se présenteront à nous en conséquence...

 

cryptos

Le piratage des bitcoins de Mt. Gox pourrait enfin être réglé

Nous terminerons cette journée par une histoire fascinante qui remonte aux premiers jours du bitcoin.

Les investisseurs qui découvrent le monde des cryptos peuvent considérer comme acquis le fait qu'il existe de nombreux échanges et plateformes permettant d'acheter facilement des crypto-monnaies comme le bitcoin, l'éther et bien d'autres. Mais dans les premiers temps, ce n'était pas le cas.

Si l'on remonte à 2013, Mt. Gox, basée au Japon, était de loin la plus grande bourse d'actifs numériques au monde. À son apogée, Mt. Gox traitait 70 % de toutes les transactions en bitcoins dans le monde.

Mais Mt. Gox utilisait des protocoles de cybersécurité et de gestion des menaces médiocres, et la bourse a été piratée au début de 2014. Mt. Gox a annoncé qu'environ 850 000 bitcoins avaient été volés - tous appartenant à ses clients. À l'époque, la valeur des bitcoins volés s'élevait à 450 millions de dollars.

À partir de là, Mt. Gox a gelé tous les actifs restants - les bitcoins qui lui restaient - et la bourse a déposé le bilan en février 2014.

Cela a déclenché une série de poursuites judiciaires visant à aider les clients de Mt. Gox à récupérer au moins une partie de leurs fonds. Mt. Gox était insolvable - elle n'avait pas assez de bitcoins pour rembourser ses clients.

Mais elle disposait de certains fonds qui pouvaient être restitués aux clients.

Cependant, le système juridique japonais est lent et rigide. Cela a donné lieu à une énorme bataille juridique qui se poursuit encore aujourd'hui.

Mais quelque chose d'intéressant s'est produit. Le prix du bitcoin est monté en flèche.

Au moment où un procès civil de réhabilitation a été déposé en 2018, la valeur des bitcoins que Mt. Gox possédait encore était suffisante pour justifier des paiements de remboursement aux clients. Ce procès a fixé le prix du bitcoin à 7 000 dollars et a fait pression pour que tous les clients de Mt. Gox soient remboursés proportionnellement.

Selon les termes de l'accord, chaque client recevrait un paiement de base de 200 000 yens - environ 1 800 dollars - pour sa demande. Il peut ensuite choisir de recevoir environ 21 % de sa demande initiale en bitcoins et en yens, ou de ne pas y donner suite. En attendant, ils peuvent potentiellement recevoir un pourcentage de remboursement plus élevé. Mais ce n'est pas garanti.

En raison de la lenteur du système juridique japonais, les clients de Mt. Gox qui participent à l'action en justice sont appelés à voter sur ce choix. La date limite pour voter est le 8 octobre.

Pourtant, le prix du bitcoin a grimpé en flèche, dépassant le seuil de 7 000 dollars fixé dans le cadre de la procédure de réhabilitation civile.

Au moment où j'écris, le bitcoin se négocie autour de 33 700 $, ce qui signifie qu'il a augmenté de près de 5 fois par rapport à son niveau de 2018. Cela signifie que toute personne votant pour prendre le paiement maintenant ne recevra qu'une fraction de ce qu'elle recevrait si le procès était basé sur le prix d'aujourd'hui.

Alors, est-ce qu'ils prennent ce qu'ils peuvent obtenir maintenant ? Ou est-ce qu'ils tiennent bon et essaient d'obtenir plus, sachant que le prix du bitcoin continuera à fluctuer ?

C'est une affaire fascinante à suivre.

Et d'ailleurs, le vote sera déterminé par une simple majorité de 51%. Si 51 % d'entre eux votent en faveur du paiement, l'affaire Mt. Gox sera définitivement réglée. Si 51% choisissent de tenir bon, l'affaire se poursuivra dans le futur.

Dans tous les cas, nous reviendrons sur l'affaire Mt. Gox plus tard dans l'année. Et nous pouvons être reconnaissants pour les échanges d'actifs numériques fantastiques et sécurisés que nous avons à notre disposition aujourd'hui.

En fait, si vous voulez apprendre à utiliser les cryptomonnaies et vous y mettre. Je ne saurais trop vous conseiller d’utiliser les services de mon ami Teeka Tiwari.

Salutations,

jeff brown expert tech USA
Entrez dans les coulisses de la tech
Rejoignez l'investisseur spécialisé dans la tech
Découvrez les technologies qui feront notre avenir
5 règles d'or pour cartonner en bourse avec la tech
inscrivez-vous à la newsletter gratuite de L'Investisseur Tech 

La plus grande levée de fonds de capital-risque dans une société de cryptos vient de se produire

La société Circle, spécialisée dans les technologies de paiement, vient de lever la somme colossale de 440 millions de dollars dans le cadre d'un tour de financement. Il s'agit de la plus grande levée de fonds de capital-risque de l'histoire pour une société de blockchain.

Et cette levée a des implications significatives pour l'industrie...

Circle est l'une des sociétés à l'origine du stable-coin « USDC ». Avec un stock en circulation de 23 milliards de dollars, l'USDC est la deuxième plus grande monnaie stable (stable-coin) en dollars américains sur le marché actuel. Elle n'est devancée que par Tether (USDT), qui dispose actuellement d'une réserve de 62 milliards de dollars.

Circle dispose d'une liste impressionnante de bailleurs de fonds, dont Goldman Sachs, Sequoia Capital et d'importantes sociétés de capital-risque spécialisées dans les actifs numériques, Digital Currency Group et Pantera Capital.

Ce qui rend ce tour de table particulièrement intéressant, c'est que l'on parle déjà de l'entrée en bourse de Circle par le biais d'une société d'acquisition à vocation spécifique (SPAC) peu après la fin de cette levée de fonds.

Pour rappel, une SPAC est une société « coquille vide » dont le seul but est de rendre publique une société privée. La société privée procède à une fusion inversée avec la SPAC cotée en bourse. Il s'agit d'une option intéressante pour les entreprises privées car elle leur évite les dépenses, le temps et les maux de tête liés à une introduction en bourse traditionnelle.

Mais dans le cas de Circle, le timing est révélateur. La société n'a certainement pas besoin de lever plus d'argent après cet important tour de table de capital-risque. Alors pourquoi se précipiter pour entrer en bourse ?

La cotation directe de Coinbase et toutes les discussions autour d'une monnaie numérique de la banque centrale américaine (CBDC) ont certainement créé un buzz autour des monnaies stables en dollars américains.

En fait, j'ai émis l'hypothèse que la Réserve fédérale pourrait vouloir s'associer à des monnaies stables émises par le secteur privé dans le cadre de son initiative CBDC.

Nous avons parlé de la façon dont le Diem de Facebook pourrait être un candidat. Se pourrait-il que Circle soit également dans la course ?

Cela ne me surprendrait pas, étant donné ses liens étroits avec Goldman Sachs. Nous savons que la Réserve fédérale est très à l'aise pour travailler avec Goldman dans les limites du système financier existant. Il serait logique que les deux partenaires étendent ce partenariat au domaine des monnaies stables garanties par le dollar américain.

Mais pour que Circle joue un rôle accru dans les plans de la Fed pour un dollar numérique, il faudrait plus de transparence. Et c'est exactement ce que l'entrée en bourse apporte.

Si Circle fusionne en SPAC, elle commencera à déposer ses états financiers auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) chaque trimestre.

Cela apportera la transparence nécessaire en ce qui concerne la santé financière de Circle et les réserves utilisées pour garantir ses monnaies stables en dollars américains.

C'est donc quelque chose que nous allons surveiller de près.

Je vais prédire que Circle va entrer en bourse avant la fin de l'année. Le timing est logique, et ce serait une énorme nouvelle pour l'industrie de la blockchain et des cryptos. Et cela pourrait effectivement confirmer mes soupçons concernant les plans de la Fed pour sa CBDC.

Envie d'en savoir plus sur  

Avant d'approfondir ce sujet précisément, Lucas Marchand, directeur de Vauban editions, vous propose de découvrir les 5 règles d'or de la bourse pour vous permettre d'atteindre vos objectifs financiers.
5 règles d'or de la bourse

Envie de découvrir des articles sur la technologie ?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Télécharger GRATUITEMENT les 5 cryptos recomandées par nos experts
cross-circle
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x