ADM

Mise à jour faite le 26 novembre 2020

Cours 19 février 2019 : 41,85 $

Objectif à 2 ans : 53 $

Objectif à 5 ans : 58 $

Potentiel à 5 ans : + 19%

Mise à jour du 26 novembre 2020

La recommandation «conserver» est confirmée au regard de la hausse du cours de bourse de plus de 70% depuis le creux de la fin mars, entrainant une valorisation actuelle de 14,3x, un niveau légèrement supérieur à la moyenne historique de ces 10 dernières années de 13,9x.

Cette valeur vous a été recommandée à mi-février 2019 au cours de $41,85. Un total de $2,84 a été perçu par action sous forme dividendes sur la période, en 8 versements trimestriels. Son cours au 19 novembre 2020 s’élève à $48,92, correspondant à une performance positive de + 22,34%, en incluant les dividendes.

Les derniers résultats trimestriels de ce géant américain du secteur agro-alimentaire se sont soldés par un bénéfice trimestriel de $0,89 par action, supérieur de 25,4% au consensus des analystes qui se situait à $0,71 par action et en progression de 15,6% en glissement annuel. Ces chiffres sont ajustés des éléments non récurrents. Au cours des quatre derniers trimestres, la société a dépassé à chaque fois les estimations du BPA du consensus.

Historique sur 10 ans du ratio cours/BPA de Archer Daniels Midland

Source : https://rb.gy/kx5iva

L’objectif de cours à 2 ans est révisé à la hausse à $53 contre $47,53 antérieurement, de sorte à refléter une estimation de BPA 2022 actuelle de $3,84[1] et un ratio cours/BPA au même niveau moyen qu’historiquement. Le nouvel objectif de cours à 5 ans de $58 (contre $56,05 auparavant) correspond à une projection de progression du BPA de l’ordre de 3% annuellement d’ici à 2025.

[1] https://rb.gy/taz6iz

ISIN : US0394831020 ADM
Date d’analyse : 20/02/19
Normes comptables : US GAAP
Place de cotation : NYSE
Nombre de salariés : 31 600
Secteur : Agroalimentaire

Capitalisation Boursière : 23 463 Millions USD
Dernier rapport financier : 31/12/2018
Volume d’actions Moyen 3 mois : 3 643 854
Nombre d’actions au capital : 564 M
Cours de bourse : 41,85 USD
Plus haut historique Mars 2005 :   Cours > 52,85 USD

Archer Daniels Midland : 116 ans d’histoire

L’histoire de la multinationale agricole débute en 1902 lorsque George A. Archer et John W. Daniels se lancent dans la fabrication d’huile de lin dans la région américaine du Minnesota.

Usine Archer Daniels Midland en 1920

C’est en 1923 que la société Archer Daniels Midland est créée suite à une fusion entre les deux sociétés Archer Daniels Linseed et Midland Linseed. Cette fusion a engendré une diversification du groupe dans les céréales, le cacao et les aliments spécialisés.

La forte croissance d’Archer Daniels Midland débute durant la période d’après-guerre, à partir de 1946. Ainsi, entre 1946 et 1949, les ventes du groupe progressent de 287 % et ses bénéfices de 346 %. Le chiffre d’affaires de la société s’établit à 277 millions de $ en 1949, faisant d’Archer Daniels le leader américain de la fabrication d’huile de lin et de la transformation de soja.

De nombreuses industries ont recours aux produits Archer Daniels Midland telles que celles des secteurs de la peinture, du cuir, de l’impression, de l’essence, du papier, des cosmétiques, de la pharmaceutique, du caoutchouc, de la céramique, des munitions ou encore des insecticides.

En 1952, la société propose plus de 700 références de produits. Même si les années 60 ont été un peu plus difficiles du fait de la volatilité des prix, la compagnie est toujours restée bénéficiaire.

L’arrivée en 1970 de Dwayne Andreas à la tête du groupe donne un nouveau souffle à Archer Daniels Midland qui mise sur l’activité protéines végétales issues du soja. D’ailleurs, le nom de « roi du soja » a souvent été attribué la société. Entre 1965 et 1973, les bénéfices du groupe évoluent de 50 millions de $ à 117 millions de $.

Entre 1970 et 1980, Archer Daniels Midland se diversifie et inaugure une activité de transformation des graines oléagineuses à destination de nombreux secteurs industriels.

Au début des années 90, le groupe intensifie ses activités dans l’agro-alimentaire dont le principal catalyseur fut le remplacement de la viande par un substitut de soja. La marque Harvest Burger propose un produit à base de soja d’une qualité nutritionnelle supérieure à la viande traditionnelle, avec moins de graisses et de calories pour un apport en protéines équivalent. De plus, le rendement du soja est vingt fois supérieur à celui de la viande traditionnelle sur une même surface de terre agricole.

Archer Daniels Midland a connu des problèmes juridiques dans les années 2000, dus à des fraudes dans la fixation des prix de certains de ses produits ainsi que des ennuis au regard des lois américaines anti-trust. Cependant, ces problèmes ont été résolus et Dwayne Andreas a cédé sa place de PDG a son neveu G. Allen Andreas.

En Juillet 2014, Archer Daniels Midland acquiert Wild Flavors, une grande société européenne d’ingrédients naturels, pour 3 milliards de $. Puis, en octobre 2015, le groupe se sépare de son activité Cacao qu’il cède pour 1,2 milliards de $.

Activité

Origination (Services agricoles, C.A de 25,06 milliards de $, 38,95 %)

Cette activité consiste en l’achat de produits agricoles bruts en vue de les transformer et de les revendre.

Ces produits agricoles sont principalement les oléagineux, le maïs, le blé, l’avoine, le riz, l’orge et le milo. Une fois transformés, ils sont destinés à l’industrie agroalimentaire et à l’alimentation animale.

Le segment services agricoles possède un vaste réseau de transport par voies routières, maritimes et ferroviaires.

Oilseeds (Oléagineux, C.A de 24,83 milliards de $, 38,59 %)

Ce secteur d’activité consiste en la transformation des cultures oléagineuses telles que le soja, les graines de coton, de tournesol, de colza et de lin.

Cette production est destinée aux industries agroalimentaires notamment les producteurs d’huiles végétales et de nutrition animale.

Une partie de cette production, notamment les huiles partiellement raffinées, est destinée aux fabricants de biocarburants ainsi qu’a certains types d’industriels, comme la peinture à titre d’exemple.

 

Carbohydrate solutions (glucides, C.A de 10,28 milliards de $, 15,97 %)

Activité de production de solutions glucidiques principalement à partir du blé et du maïs afin de les transformer en édulcorants, amidons, sirops, glucose, farines et dextrose. Le dextrose et l’amidon sont utilisés comme matières premières pour les segments bioproduits, alcools éthyliques, et certains produits destinés à l’alimentation humaine et animale. L’alcool éthylique est produit par la société pour un usage industriel en tant qu’éthanol ou en tant que boisson. L’éthanol, dans l’essence, augmente l’indice d’octane et est utilisé comme prolongateur et oxygénateur. Les aliments pour animaux et la farine de gluten de maïs, ainsi que les grains de distillerie, sont destinés à être utilisés comme ingrédients pour l’alimentation animale.  Le germe de maïs, un sous-produit du procédé de broyage par voie humide, est ensuite transformé en huile végétale et en tourteaux de protéines.  Les autres produits de solutions glucidiques incluent les acides citriques qui sont utilisés dans divers produits alimentaires et industriels.

 

Nutrition (C.A de 3,79 milliards de $, 5,89 %)

Le secteur de la nutrition est spécialisé dans la fabrication, la vente et la distribution de produits spécialisés notamment des ingrédients naturels pour les arômes, les colorants, les protéines, émulsifiants, fibres solubles, polyols, et produits naturels pour la santé et la nutrition.

Le secteur de la nutrition comprend également des activités liées à l’achat, à la transformation et à la distribution de haricots comestibles.

Ce secteur commercialise également des produits de santé et de nutrition ainsi que des friandises et aliments pour animaux.

 

Autres (C.A de 0,38 milliards de $, < 1 %)

Activités d’achats commissionnés et activités d’assurances.

Un contexte 2013 – 2016 difficile mais stabilisé et profitable

Le chiffre d’affaires d’Archer Daniels Midland est en repli entre 2013 et 2016 suite à un contexte macroéconomique complexe. En effet, l’abondance des récoltes mondiales céréalières a eu un impact défavorable sur les prix de vente et les opportunités commerciales des acteurs de ce secteur.

Le niveau élevé du dollar a également été défavorable, influant négativement sur la compétitivité des récoltes américaines face au marché mondial. À compter de 2015, le groupe a pris des décisions stratégiques, qui ont permis de réaliser 200 millions de $ d’économies et d’abandonner les activités les moins rentables.

Il est important de noter que malgré ce contexte de chiffre d’affaires baissier, Archer Daniels Midland est resté systématiquement bénéficiaire et a su conserver une bonne efficience opérationnelle.

La bonne tenue des marges bénéficiaires d’Archer Daniels Midland le prouvent :

2013 : 1,49 %

2014 : 2,76 %

2015 : 2,73 %

2016 : 2,05 %

2017 : 2,62 %

2018 : 2,81 %

La marge bénéficiaire se calcule en divisant le bénéfice net par le chiffre d’affaires.

Entre 2013 et 2018, le chiffre d’affaires d’Archer Daniels Midland est en baisse 28,35 % mais sa marge bénéficiaire est en hausse de + 88,59 %. Cet indicateur clé permet de constater que la société sait maintenir, voire augmenter son efficience économique, dans un contexte de marché difficile.

Notons également que le chiffre d’affaires d’Archer Daniels Midland se stabilise depuis 2016. Il est en hausse de + 3,2 %.

Perspectives

Archer Daniels Midland a pris de nombreuses décisions stratégiques depuis 2014. Afin de réaliser ses objectifs opérationnels, le groupe a réalisé de nombreuses acquisitions et s’est parallèlement retiré de certains segments d’activités.

 

Chronologies des acquisitions et des retraits depuis 2014

Entre 2014 et 2018, Archer Daniels Midland a réalisé 24 opérations d’acquisitions et/ou d’investissements. Durant cette période, le groupe a également décidé de se retirer de 8 segments d’activité.

 

Exemples de filiales d’Archer Daniels Midland par catégories sectorielles

Les aliments à base de soja à la mode

Extrait d’un article publié sur Vitagora

Réduire voire supprimer sa consommation de viande au profit des protéines végétales, tel est l’enjeu principal des flexitariens, végétariens et végans. Dans cette nouvelle donne de la consommation alimentaire, les produits à base de soja tirent leur épingle du jeu.

Avant limité à des circuits spécialisés (magasins d’alimentation santé, bio…), ils sont maintenant omniprésents dans les linéaires des GMS. Cette graine, consommée depuis des milliers d’année en Asie, a vu sa consommation exploser en France depuis 30 ans. Quels sont les produits plébiscités par les consommateurs ? Quelles sont leurs attentes et comment la filière française y répond-elle ?

Les aliments au soja : un marché en pleine croissance

Le soja gagne en popularité : 60 % des Français ont déclaré avoir consommé des produits à base de soja en 2017, selon une étude réalisée par Sojaxa. Cette tendance devrait d’ailleurs s’intensifier : 25 % des sondés pensent en manger davantage dans les années à venir.
Ils ont, en effet, une perception plutôt positive de cette légumineuse riche en protéine. Parmi les motivations évoquées en faveur de sa consommation, selon l’étude Sojaxa, on peut citer :

  • Permet d’équilibrer son alimentation (37 % des répondants)
  • Offre un bon compromis entre goût et santé (27 % des répondants)
  • Permet de diminuer la part de protéines animales (30 % des répondants)

Néanmoins, certaines informations cruciales concernant le soja ne semblent pas acquises par les consommateurs :

  • 2 Français sur 5 ne sont pas conscients que les boissons au soja ne contiennent pas de lactose
  • 9 sur 10 ignorent que le soja français est issu de culture non OGM
  • 1 personne sur 2 ne sait pas que la culture du soja est respectueuse de l’environnement(c’est une légumineuse capable de capter l’azote de l’air et de le restituer au sol pour les cultures suivantes, il nécessite peu d’intrants) 

Cet article traite du marché français. Cependant, à l’échelle mondiale et notamment dans les économies développées, de nombreuses campagnes de santé publique incitent les populations à changer leurs habitudes alimentaires pour tendre vers une nutrition moins riche en sucres, graisses, fast-food et préconisent même la réduction de la consommation de viande.

Si cette tendance de changement des habitudes de consommation se poursuit efficacement, Archer Daniels Midland serait alors un acteur de premier plan pour les substituts de viande, notamment le soja mais aussi d’autres ingrédients plus sains.

Actualités

Le 1er février 2019, Archer Daniels Midland annonce l’achèvement de l’acquisition de la société Française Neovia spécialisée dans la nutrition animale pour un montant de 1,54 milliards d’€.

Cette acquisition place Archer Daniels Midland comme leader mondial de la nutrition animale.

Le 22 janvier 2019, Archer Daniels Midland, pour la 11ème année consécutive, figure au palmarès du magazine Fortune parmi les sociétés du secteur agroalimentaire les plus admirées au monde.

Ressources Humaines

Comité exécutif

Juan R. Luciano

Juan R. Luciano est le président du comité exécutif et PDG d’Archer Daniels Midland. Il est diplômé en génie industriel. Après 25 ans passés chez Dow Chemical Company, Juan R. Luciano rejoint Archer Daniels Midland en 2011. Sous sa conduite, le groupe a significativement augmenter sa croissance stratégique.

De gauche à droite :

Ben Bard est le directeur de la conformité. Après une expérience chez Coca-Cola Company, il rejoint Archer Daniels Midland en 2014.

Donald Chen est directeur opérationnel de la région Asie-Pacifique, Australie et Nouvelle-Zélande. Après plusieurs années passées chez Sadara Chemical Company, il rejoint Archer Daniels début 2016.

Christopher M. Cuddy occupe le poste de directeur des segments solutions glucidiques, édulcorants, amidons, éthanol, produits chimiques renouvelables et minoterie de blé. Il entre chez Archer Daniels Midland en 1998 en qualité de négociant matières premières.

Michael D’Ambrose est le directeur des ressources humaines. Il rejoint Archer Daniels Midland après avoir occupé plusieurs postes clés en ressources humaines au sein de grands groupes tels que First Data, Citibank, Toys’R’Us, etc.

Pierre-Christophe Duprat est le directeur opérationnel du segment nutrition animale d’Archer Daniels Midland.

De gauche à droite :

  1. Cameron Findlay occupe le poste d’avocat et secrétaire général d’Archer Daniels Midland depuis juillet 2013.

Kristy Folkwein est directrice de l’information et des stratégies informatiques d’Archer Daniels Midland. Elle garantit la qualité et l’intégrité des données informatiques et développe les capacités analytiques de la société.

Ian Pinner a rejoint le groupe en 1999 et occupe le poste de directeur de la croissance et de la stratégie d’Archer Daniels Midland.

Thomas R. Kadlec prend en charge les activités mondiales de compensation sur contrats à terme d’Archer Daniels Midland.

Patricia Logan est directrice de l’audit dans les domaines stratégiques, opérationnels, financiers et de conformité.

Analyse des rapports financiers

 

Répartition du bilan au 31/12/2018

(En Millions USD)

Actifs :

  • Principalement composés d’immobilisations corporelles (Usines de production agroalimentaire, réseaux de transports) à hauteur de 9 953 M USD, soit 24,37 %.
  • D’inventaires à hauteur de 8 813 M USD, soit 21,58 %.
  • De trésorerie ségrégée relative à la législation agroalimentaire (dépôts clients, contrats à terme, etc.) à hauteur de 4 506 M USD, soit 11,03 %.
  • De Goodwill et autres actifs intangibles à hauteur de 4 041 M USD, soit 9,89 %.

(Pourcentages exprimés en pondérations des actifs totaux)

Passifs :

  • De dettes long terme pour 7 698 M USD, soit 35,25 %.
  • De dettes d’exploitations (fournisseurs et brokers de matières agricoles) pour 8 173 M USD, soit 37,43 %.

(Pourcentages exprimés en pondérations des passifs totaux)

Capitaux propres :

  • Les capitaux propres (ou actif net) s’élèvent à 18 996 M USD.
  • Les actifs intangibles s’élèvent à 4 041 M USD.
  • Les capitaux propres tangibles (ou actif net tangible) s’élèvent à 14 955 M USD.

Principaux éléments du compte de résultat entre le 31 janvier 2014 et le 31 janvier 2018

(En Millions USD)

Le chiffre d’affaires d’Archer Daniels Midland est en baisse de 20,76 % sur les cinq dernières années. Pour les détails de ce contexte, voir le chapitre ci-dessus « Un contexte 2013 – 2016 difficile mais stabilisé et profitable ».

Les bénéfices de la société sont en baisse sur la période 2014-2018 de 19,48 %.

Cependant, le chiffre d’affaires s’est stabilisé au cours des trois dernières années (+ 3,20 %) et les bénéfices repartent à la hausse (+ 41,52 %).

Valorisation et objectif de cours

 

Avec 464 Millions d’actions au capital, la société présente :

  • 65,23 USD d’actifs tangibles par action
  • 38,72 USD de passifs par action
  • 26,51 USD de capitaux propres tangibles par action
  • 119,30 USD de chiffre d’affaires moyen 5 ans par action
  • 3,87 USD de marge opérationnelle moyenne 5 ans par action
  • 3,11 USD de bénéfices nets moyens 5 ans par action

Au 19 février 2019, le cours de bourse de la société est de 41,85 USD soit :

Une valeur d’actif net tangible inférieure au cours de Bourse. Toutefois, la valeur d’actif net par action (incluant les actifs intangibles) est de 33,68 USD par action. Nous retenons cependant Archer Daniels Midland pour sa position de leader du secteur agroalimentaire et sa rentabilité actuelle supérieure à 7 %.

La valeur d’actif net tangible inscrite au bilan au 31/12/2018 est de 26,51 USD par action. Elle se détermine via les valeurs inscrites au bilan comptable et se calcule en soustrayant les actifs intangibles (biens immatériels) et les passifs (dettes et provisions de la société) de la somme des actifs (biens matériels et financiers de la société).

Une marge opérationnelle moyenne annuelle de 9,25 %

Il s’agit de la performance économique de la société déterminée par son chiffre d’affaires soustrait de ses charges d’exploitation courantes.

Des bénéfices moyens annuels de 7,43 %

Il s’agit du bénéfice net de la société déterminé par sa marge opérationnelle soustraite de ses charges financières, exceptionnelles, et impôts.

Le potentiel de hausse du cours d’Archer Daniels Midland à horizon deux ans est calculé par : son cours actuel + deux ans de bénéfices retraités par action.

Dans le cas d’Archer Daniels Midland son cours de bourse au 19 février 2019 est de 41,85 USD et, sachant que deux ans de bénéfices correspondent à 6,22 USD, l’objectif de cours est donc de 48,07 USD.

L’action présente ainsi un potentiel à horizon deux ans de + 14,86 %.

Le potentiel de hausse du cours de d’Archer Daniels Midland à horizon cinq ans est calculé par : son cours actuel + cinq ans de bénéfices retraités par action.

Dans le cas d’Archer Daniels Midland, son cours de bourse au 19 février 2019 est de 41,85 USD et, sachant que cinq ans de bénéfices correspondent à 15,55 USD, l’objectif de cours est donc de 57,40 USD.

L’action présente ainsi un potentiel à horizon cinq ans de + 37,16 %.

Notons également qu’Archer Daniels Midland possède un avantage concurrentiel en qualité de numéro 2 mondial du secteur agroalimentaire céréalier. 

Risques

Les risques liés au compte de résultat de la société sont principalement une éventuelle baisse de la demande en produits agricoles céréaliers, ainsi que des augmentations des coûts internes et/ou externes.

Les risques liés au bilan d’Archer Daniels Midland sont une éventuelle baisse de la valeur des actifs et/ou une hausse des passifs décolérés des actifs.

Il existe également des risques liés aux marchés boursiers des actions :

Risque de perte en capital : le prix des actions fluctue quotidiennement sur les marchés financiers. L’investisseur verra donc son capital s’apprécier ou se déprécier en corrélation à ces variations de cours. L’environnement économique, les perspectives de l’entreprise sont des vecteurs pouvant influencer les cours des actions.

Risque de faillite : en cas de difficultés structurelles, une société cotée peut faire faillite, déposer son bilan et être soumise à une liquidation.

Risque de liquidité : l’investisseur peut être confronté à une impossibilité totale ou partielle d’acheter ou vendre ses actions. Il devra alors, soit patienter, soit réduire son cours d’achat ou de vente. Ce risque est surtout présent sur des sociétés ayant des faibles capitalisations boursières.

Risque de change : si l’investisseur dispose d’actions libellées dans des devises différentes à celles de son compte-titres, il s’expose au risque de change pouvant lui être favorable ou défavorable.

Nous vous rappelons en outre que la diversification est un élément clé de tout portefeuille, permettant de réduire considérablement le risque. Nous vous conseillons donc idéalement d’engager entre 2 % et 4 % de votre portefeuille par société, ce qui correspond à un nombre de positions comprises entre 25 et 50.

Comment investir en actions Archer Daniels Midland

L’acquisition d’actions Archer Daniels Midland est possible via un compte-titres.