Les Investisseurs logo

Action BioMérieux

bioMérieux occupe la 6e place mondiale du diagnostic in vitro, mais est numéro 1 mondial de la microbiologie clinique et du diagnostic moléculaire syndromique des maladies infectieuses : infections bactériennes (p.ex. le staphylocoque), parasitaires (p.ex. la toxoplasmose) ou virales (comme la grippe). Le diagnostic des maladies infectieuses a représenté, en 2020, environ 90% du chiffre d’affaires du groupe.
S'inscrire à la Newsletter gratuite
Toutes les informations chiffrées sur cette entreprise sont disponibles sur le Club des Investisseurs
En savoir plus
BioMérieux logo
Recevez nos 3 actions
pour performer en 2021
Inscrivez-vous GRATUITEMENT à notre newsletter

Cours de l'Action BioMérieux


Histoire de BioMérieux

BioMérieux contribue à la qualité de la prise en charge des patients ainsi qu’à la protection de la santé des consommateurs. En effet, étant donné que 60 à 70 % des décisions médicales s’appuient sur les résultats d’un test de diagnostic, BioMérieux occupe une place de choix.

L'entreprise française de la microbiologie clinique

Les racines de bioMérieux remontent à 1897, lorsque Marcel Mérieux, ancien élève de Louis Pasteur, fonde à Lyon un laboratoire où il met au point les premiers sérums antitétaniques dans la pure tradition pasteurienne de lutte contre les maladies infectieuses.

Naissance de l'institut Mérieux

C’est ainsi que l’Institut Mérieux est né. Il sera amené à poser les fondements d’une entité bio-industrielle qui marquera de son empreinte les domaines de la vaccinologie et du diagnostic des maladies infectieuses au niveau mondial pour les décennies futures.

BioMérieux : l'entrée en bourse

Fin du XXe siècle, Alain Mérieux préside l’Institut Mérieux spécialisée dans les vaccins de 1968 à 1994, date à laquelle les activités de vaccins sont cédées au groupe Rhône Poulenc. En 1963, Alain Mérieux crée la société BD Mérieux avec Becton Dickinson dans le domaine du diagnostic. BD Mérieux deviendra bioMérieux en 1974, lorsqu’Alain Mérieux en reprend le contrôle. bioMérieux sera introduite sur la bourse de Paris Euronext trente ans plus tard, en 2004.

BioMérieux diagnostics

PDG de BioMétrieux

Depuis 2014, Alexandre Mérieux, arrière-petit-fils de Marcel, a repris le flambeau de la société en tant que Directeur général. Depuis 2017, il opère en tant que PDG de la société.

Aujourd’hui, numéro six mondial du diagnostic in vitro et premier mondial de la microbiologie clinique, bioMérieux est également leader dans des domaines tels que :

  • Applications industrielles de diagnostic dont l’industrie agro-alimentaire ;
  • Diagnostic « syndromique moléculaire » des maladies infectieuses dont la septicémie ;
  • Diagnostic d’urgences cardiovasculaires ; et
  • Diagnostic de cancers.

BioMétrieux : 44 sites dans le monde

La société se répartit en deux secteurs opérationnels distincts, à partir de 44 sites dans le monde, réunissant plus de 160 pays :

  • Les applications cliniques (80 % du chiffre d’affaires) ;
  • Les applications industrielles dénommées BioFire Defense et Applied Maths.

Développement principaux de 2020

La société a développé, commercialisé et produit dans des temps record des tests diagnostiques centraux aux stratégies de santé publique face au Covid-19. Grâce à son agilité entrepreneuriale, la société a ainsi pu plus que compenser les ralentissements dans ses autres divisions dus, eux-aussi, à la propagation de la pandémie Covid-19.

En termes financiers :

  • La société a réalisé un chiffre d’affaires 2020 de €3,1 milliards d’euros, en croissance organique de 19,7% d’une année sur l’autre et tiré à hauteur de 93% de l’international.
  • Le chiffre d’affaires réalisé dans la division Biofire a progressé de +79% à €1,061 milliard (34% du chiffre d’affaires), grâce à la réactivité dont a fait preuve la société avec l’introduction de plusieurs nouveaux produits face à la pandémie du Covid-19.
  • Les chiffres d’affaires dans les autres divisions ont toutefois été impactées surtout au premier semestre de 2020 en raison de la pandémie, avec :
    • La division de microbiologie clinique affichant un recul de -5% (30,5% du chiffre d’affaires)
    • La division Immunoassays en recul de -7% (13,7% du chiffre d’affaires)
    • La division de microbiologie industrielle en progression de +2% (30,5% du chiffre d’affaires), avec des performances équilibrées à la fois dans le domaine alimentaire et pharmaceutique.

Retrouvez l'actualité chiffrée de BioMérieux sur le Club des Investisseurs

Comme les graphiques présentés sur le Club des Investisseurs, le chiffre d’affaires de bioMérieux provient d’une source diversifiée, tant en termes de régions géographiques qu’en termes de segmentation par division.

En termes opérationnels :

  • bioMérieux a joué un rôle clé dans la lutte contre la pandémie du coronavirus, avec ses solutions de diagnostic du Covid-19. En particulier, entre les mois de mars et mai 2020, la société a commercialisé trois tests PCR complémentaires de biologie moléculaire dans ses gammes Argene et Biofire, pour détecter les infections actives au Covid-19, en plus de deux tests sérologiques dans sa gamme d’immunoessais Vidas, pour confirmer la présence d’anticorps chez les patients.
  • Le panel Respiratoire Biofire RP2.1-EZ détecte désormais 15 virus, dont le Covid-19 et quatre bactéries à l’origine d’infections respiratoires. Il n’est commercialisé pour le moment qu’aux États-Unis.
  • La société a massivement investi dans les capacités de production de sa division Biofire, passant de 500’000 kits produits/mois en 2019 à 750’000 en 2020 et à 1,2 million en 2021. La production est assurée 24 heures sur 24, sept jours sur sept.
Rejoignez MAINTENANT le plus grand regroupement francophone d' INVESTISSEURS !

Un modèle d'affaire focalisé sur le diagnostic

BioMérieux est devenu l’un des leaders incontournables mondiaux du diagnostic in-vitro, allant des maladies infectieuses comme la septicémie aux affections bactériennes des aliments grâce à un modèle d’affaires reposant sur une expérience de 55 ans.

BioMérieux diagnostic

Des partenaires de confiance

Les activités de R&D de bioMérieux s’appuient sur plus de 1’800 collaborateurs et comptent 17 centres de R&D à travers le monde. Mais bioMérieux ne conduit pas ses opérations de R&D seule. La société s’appuie également sur des partenariats avec des instituts comme le CNRS, l’INSERM, l’Institut Pasteur, le NIH aux États-Unis, des universités, des centres hospitaliers, des laboratoires et des sociétés de biotechnologie. bioMérieux s’engage également dans des collaborations avec des sociétés tierces, comme par exemple Baxter pour le développement de futurs biomarqueurs.

30 nouvelles demandes de brevets par an

La Société protège activement les résultats de sa recherche à travers des brevets, érigeant par là-même des barrières importantes à l’entrée de son modèle d’affaires. Elle formule environ 30 nouvelles demandes de dépôt par an et conduit une surveillance active de ses concurrents afin de pouvoir défendre activement les atteintes à ses droits. A fin 2020, la société détenait 580 familles de brevets dont la plupart sont en vigueur en Europe, aux États-Unis et en Chine.

Mobilisation internationale

La pandémie du coronavirus a en évidence le rôle indispensable du diagnostic et la valeur qu’il apporte en matière de dépistage, de prise en charge et de surveillance épidémiologique. Grâce à ses capacités de diagnostic in vitro, bioMérieux a pu se mobiliser très rapidement dès les premiers mois de l’apparition de la pandémie Covid-19 pour prendre part à la mobilisation internationale de lutte contre le coronavirus.

Mais ce n’est pas la première fois que bioMérieux s’est mobilisé. Par le passé, la société s’est aussi mobilisée en cas de crise sanitaire liée à des pathogènes émergents ou réémergents ; par exemple, lors de l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014, ou celle de peste pulmonaire à Madagascar en 2017, à travers la réalisation des études d’évaluation de nouveaux tests diagnostic moléculaires rapides et automatisés.

Un axe essentiel pour bioMérieux

La résistance aux antimicrobiens, dont nombre d’experts craignent qu’elle ne s’aggrave en raison de la surutilisation d’antibiotiques dans cette période de pandémie, constitue et constituera un axe essentiel de la stratégie de développement de bioMérieux. En outre, bioMérieux a fait de la lutte contre la septicémie un de ses chevaux de bataille. Cette affection touche chaque année 49 millions de personnes dont plus de 20% ne survivent pas.

Distributeurs indépendants

Les forces de vente et de marketing de bioMérieux sont généralement spécialisées par application ou par gamme de produits dépendamment des régions. La société dispose en outre d’une présence forte sur tous les continents grâce à des distributeurs indépendants.

Les clients principaux du groupe bioMérieux sont les hôpitaux. Aux États-Unis par exemple, premier marché de la société, les hôpitaux publics ou privés ont représenté 73 % des ventes en 2020 et les laboratoires commerciaux 12%.  Dans le domaine industriel néanmoins, les clients de la société sont, soit les laboratoires de contrôle des grands groupes industriels de l’agroalimentaire, de la pharmacie et de la cosmétique.

La diversification de bioMérieux

bioMérieux bénéficie de l’avantage de ne pas dépendre d’une base de clientèle concentrée. Son client le plus important ne représente en effet pas plus de 1% de son chiffre d’affaires total. La diversification de son activité se vérifie également à travers ses dix premiers produits, qui ne représentaient pas plus de 36% du chiffre d’affaires de la société en 2020.

En termes de concurrence intra-sectorielle, le marché du diagnostic in vitro reste un marché très concentré. bioMérieux estime que les 10 premiers acteurs du marché du diagnostic in vitro contrôlent aujourd’hui plus de 75% du marché. Il s’agit soit de grands groupes pharmaceutiques (Roche, Abbott) ou de conglomérats diversifiés (Becton Dickinson, Thermo Fisher, Danaher et Siemens Healthineers), soit de sociétés spécialisées (bioMérieux, Diasorin, Sysmex et Qiagen).

Les atouts de bioMérieux

Au final et en résumé, pour nous investisseurs, les atouts suivants de la société paraissent particulièrement attractifs :

  • Une expérience dans le diagnostic des maladies infectieuses, qui s’appuie sur plus de 50 ans d’expérience en microbiologie ;
  • Une implantation géographique large et équilibrée, s’appuyant sur un réseau commercial international ;
  • Des investissements en R&D significatifs, sources de barrières à l’entrée significatives de son activité car plus importants proportionnellement que ceux des autres acteurs du secteur ;
  • Une dynamique d’innovation soutenue en découlant, lui permettant de commercialiser régulièrement des produits novateurs ; et
  • Une capacité prouvée à mener à bien des partenariats stratégiques.

Perspectives, valorisation et conclusion d'investissement

La société bénéficie de plusieurs moteurs de croissance, dont :

  • Le vieillissement de la population dans les pays développés mais aussi dans la majorité des pays en développement, entraînant une augmentation du nombre de maladies chroniques et de certaines maladies liées à l’âge, comme les maladies cardio-vasculaires, neuro-dégénératives, les infections respiratoires ou certains cancers ;
  • La croissance de la population mondiale et son urbanisation rapide, la pollution, la modification des modes de vie et des habitudes alimentaires favorisant l’émergence des maladies infectieuses et chroniques ;
  • Les modes de vie (sédentarité, stress…) et les nouvelles habitudes alimentaires à la source du développement de certaines maladies comme le diabète ou les allergies alimentaires ;
  • L’élévation du niveau de vie moyen, la mise en place de réformes de santé ambitieuses, la rénovation ou la création de nouvelles infrastructures entraînant également l’augmentation de la demande ;
  • L’émergence ou la réémergence de pathogènes ;
  • La nécessité de réduire les dépenses de santé.

Risques

Un investissement dans l’action bioMérieux comporte un certain nombre de risques. Parmi les plus importants, il y a lieu de noter :

  • La pandémie du Covid-19 pourrait entraîner une baisse du chiffre d’affaires du groupe sur certains territoires ou certaines gammes ;
  • En raison de la pandémie du Covid-19, on ne peut pas exclure que la situation économique mondiale reste structurellement difficile en raison de l’hétérogénéité des dynamiques propres à chaque pays ;
  • Le déficit chronique et le surendettement des systèmes de santé conjugués aux crises économiques pourraient entraîner la mise en place de mesures d’austérité impliquant une baisse des remboursements, voire une réduction des investissements dans le secteur hospitalier ;
  • L’introduction de nouveaux tests et leur remboursement nécessitent une évaluation de leur rapport coût/bénéfice. Ces processus d’évaluation sont encore complexes et peu formalisés et présentent de ce fait un risque ;

On ne peut exclure ni des procédés concurrents performants, ni l’émergence de technologies alternatives.

Est-ce le bon moment pour acquérir des actions de cette entreprise ?

Investir en bourse et acheter des actions doit être fait avec réflexion. 
Ce n'est qu'avec une étude approfondie de chaque entreprise qu'il est possible de définir le meilleur moment pour acheter ou vendre des actions. 
Afin de vous lancer dans cette aventure et maximiser vos gains, je vous accompagne le long de vos démarches. 

Rejoignez le Club des Investissseurs et devenez un véritable investisseur.
Rejoignez le Club des Investisseurs
Will Sissener

Sociétés cotées en bourse

Télécharger GRATUITEMENT les 5 cryptos recomandées par nos experts
cross-circle