Les Investisseurs logo

Action Ferrari

Au risque de vous choquer, Ferrari n’est pas une marque automobile. Du moins du point de vue de l’investissement. Un exercice statistique sur un historique de cinq ans nous permet de le démontrer sur le Club des Investisseurs.
Ferrari logo
Toutes les informations chiffrées sur cette entreprise sont disponibles sur le Club des Investisseurs
En savoir plus

Un modèle d’affaires bien rôdé

Un élément différentiateur clé de la société Ferrari en comparaison de l’industrie automobile réside dans la dynamique d’offre et de demande qui prévaut pour ses véhicules. Au 3e trimestre par exemple, les ventes unitaires du constructeur avaient baissé de 6,5% à 2’313 unités – non pas en raison d’une baisse de la demande, mais parce que la pandémie Covid-19 avait contraint la société à fermer sept semaines durant ses usines.

Le carnet de commande de Ferrari est en effet généralement plein. Quelle que soit la conjoncture. Si bien qu’un acquéreur d’un véhicule de la prestigieuse marque à cheval câbré doit généralement attendre au moins une année avant de pouvoir espérer conclure son achat – s’il est agréé au préalable par la société.

Club Ferrari

Ne se profile en effet pas détenteur d’une Ferrari flambant neuve qui veut. Pour être éligible à la liste d’attente il faut, parmi plusieurs autres critères, s’engager à ne pas revendre le véhicule avant une année de détention et prouver avoir possédé une Ferrari dans le passé. Une fois le droit d’accès à la liste d’attente octroyée, l’acquéreur devient membre du club Ferrari – un club très select, qui propose à ses membres divers événements exceptionnels à travers le monde, notamment en lien avec des compétitions de Formule 1 et des démonstrations de nouveaux véhicules.

La dynamique offre-demande dont Ferrari fait l’objet confirme qu’il est également inutile d’un point de vue économique de comparer Ferrari à l’industrie automobile.

Cette dynamique ressemble davantage à celle d’une marque horlogère prestigieuse comme Patek Philippe, où l’acquéreur d’une Nautilus neuve doit attendre 11 ans pour pouvoir espérer la posséder ou encore comme pour une Rolex Daytona, pour laquelle un client doit se préparer à attendre cinq ans.

Baisse de la demande

Alors que Ferrari ne rencontrait des vents contraires que pour des raisons de contraintes au niveau de sa production, le marché automobile français exemple enregistrait en 2020 une baisse de 25,5% des demandes d’immatriculations en glissement annuel – il s’agissait là bien d’un problème de demande.

Comme un client de la prestigieuse marque italienne d’automobiles est prêt à attendre longtemps pour acquérir un tel véhicule neuf, il est généralement aussi prêt à en payer le prix fort. Mais la sensibilité aux problèmes environnementaux de la clientèle Ferrari semble aussi se confirmer.

Au cœur du débat des constructeurs automobiles : les émissions de gaz à effet de serre

D’une façon un peu provocatrice, le CEO de Ferrari Louis Camilleri déclarait il y a peu qu’une Ferrari pollue moins qu’une Volkswagen. C’est vrai si l’on compare les émissions dues à une Ferrari parcourant une distance moyenne de 5’000 kilomètres par an à une Volkswagen qui roule tous les jours plus de deux heures.

Cela n’empêche, le groupe n’échappe pas aux pressions réglementaires et aux changements de préférence des clients, favorisant de plus en plus les véhicules hybrides et électriques. Toutefois, en raison de ses volumes de production très bas en comparaison d’autres constructeurs, Ferrari bénéficie aujourd’hui souvent de dérogations selon les juridictions. Mais l’avenir risque de s’avérer plus compliqué pour le constructeur – qui s’y prépare.

Objectifs 2021 de l’Union européenne

Aujourd’hui, en comparaison des objectifs 2021 de l’Union européenne en termes d’émission de COfixés à 95 grammes en moyenne par kilomètre, Ferrari bénéficie d’une dérogation fixée à 277 grammes par kilomètre. Mais au niveau régional européen comme en France, l’étau se resserre : l’Etat menace les acheteurs de véhicules polluants d’une taxe supplémentaire, qui pourrait majorer de €50’000 le prix d’une Ferrari d’ici à 2022.

Aux Etats-Unis, la marque a reçu une dérogation pour 2021 en raison d’un niveau de moins de 5’000 véhicules vendus annuellement sur le territoire, tout comme les marques Aston Martin, Lotus et McLaren. La société s’attend en outre à une extension de cette dérogation jusqu’en 2025. Dans le cas contraire, elle devra s’engager à acheter des crédits CAFE (Corporate Average Fuel Economy).

Et la chine ?

Quant à la Chine, elle exige depuis l’an dernier une consommation maximale de 5,0L/100km en moyenne au niveau national, exigence qu’elle réduira à 4,0L/100km d’ici à 2025 – soit environ quatre fois moins que la consommation moyenne d’un véhicule Ferrari standard. Pour ce marché, l'enterprise s’attend à devoir s’engager à acheter des crédits NEV (New Energy Vehicle) de sorte à pouvoir bénéficier d’une dérogation.

Mais Ferrari se prépare au nouvel avenir de la neutralité carbone. La société prévoit que le nombre et l’étendue des réglementations et leur effet sur leur structure des coûts et sur leur gamme de produits présente un risque d’augmentation significatif à l’avenir6.

Pour faire face à ce changement de paradigme et pour fournir la preuve de son aptitude à y répondre, l'entreprise équipe ses bolides de formule 1 de motorisations hybrides depuis 2014 et ses modèles commerciaux LaFerrari depuis 2013 et LaFerrari Aperta depuis 2016. La marque commercialise en outre depuis le 4e trimestre de 2020 le SF90 Stradale, sa nouvelle production hybride rechargeable en série, équipée de trois moteurs électriques en plus d’un V8 à essence.

Schéma de motorisations du SF90 Stradale

ferrari schéma de motorisations

Illustration extérieure du SF90 Stradale  

ferrari SF90

Des Ferrari hybrides ?

D’ici à 2022, Ferrari affirme que 60% de ses modèles seront équipés d’un groupe motorisé hybride. Force est donc de constater que dans la course à l’électrification de ses véhicules, l'entreprise ne se repose pas sur ses lauriers. Les brevets déposés par la société sur ce domaine de sa recherche confirment une priorité stratégique. Si bien qu’il est possible que deux versions entièrement électriques du premier SUV du constructeur dénommé « Purosangue » soient commercialisées en 2024 et 2026.

Ferrari prend donc cette évolution à cœur et son CEO remarque d’ailleurs à ce sujet dans sa conférence en relation avec ses résultats du 3e trimestre 2020 que « nous sommes encouragés par les données démographiques de la SF90 Stradale ». Car son carnet de commandes comporte la clientèle la plus jeune en moyenne parmi tous les modèles que la marque propose. Cette dynamique a donc peut-être quelque chose à voir avec des considérations environnementales généralement plus prononcées dans les esprits des jeunes générations.

Pour protéger ses marges bénéficiaires plus proches d’une grande marque de luxe que d’une marque automobile, la marque semble donc prête à relever le nouveau défi du tout électrique dans un futur assez proche.

Risques pour Ferrari

Un investissement dans l’action Ferrari n’est bien évidemment pas dénué de risques. Parmi les plus importants, il y a lieu de noter :

  • Dans le cas d’une détérioration durable du cycle économique mondial, réduisant les revenus disponibles, la richesse et la confiance des consommateurs, un impact sur la demande des clients ne peut pas être exclu et nuirait à la rentabilité du groupe.
  • La performance financière du groupe est influencée par la perception, la reconnaissance et le prestige de la marque Ferrari. De ce fait, la transition vers des motorisations hybrides et électriques présente un risque, car elle sera source de changement significatif dans l’expérience de conduite en comparaison de modèles antérieurs exclusivement équipés de moteurs thermiques.
  • En outre, si Ferrari ne réussissait pas à entretenir le progrès technologique à l’avenir, notamment en matière de transition vers des modèles à motorisations hybrides ou électriques, la marque et son positionnement concurrentiel en souffrirait.
  • Enfin, l’attrait de la marque dépend en partie du succès de l’équipe et des véhicules de la ‘Scuderia Ferrari’, actifs en championnat de Formule 1. Cette équipe de course constitue un élément clé de la stratégie marketing de Ferrari, car elle est potentiellement perçue par les clients du groupe comme une démonstration de la technologie et des capacités en matière d’innovation de la marque. Si la ‘Scuderia Ferrari’ ne devait plus répondre aux attentes en matière de performance, l’attrait pour la marque pourrait se détériorer.
Offres spéciales :
Les Investisseurs logo

Intéressé par l'actualité financière ?
Envie de vous abonner a des publications financières GRATUITES ?
Choisissez les publications GRATUITES 
faites pour
 VOUS !
Les Publications Gratuites
Offre Morningbull Plus

Découvrez d'autres entreprises cotées en bourse

mars 31, 2021
Action WM Morrisons

WM Morrisons : 120 ans d’histoire C’est en 1899 que William Morrison débute une activité de petit commerce d’œufs et de beurre, son fils Ken, nait en 1931. Il reprend l’activité d’épicerie de son père dès 1952 dans la ville de Bradford (Région d’Angleterre, Yorkshire). Six ans plus tard, Ken Morrison ouvre son premier magasin […]

Lire plus
mars 24, 2021
Action Village Supermarket

Présentation de Village Supermarket Village Supermarkets est une chaîne de supermarchés américains créée en 1937 composée de 30 magasins de type vente de produits alimentaires d’épicerie, fruits et légumes, produits secs, etc. Le modèle de Village Supermarkets est de type franchisé. Ses enseignes sont connues sous le nom de ShopRite. Majoritairement à New York Les […]

Lire plus
juin 24, 2019
Action UPM

Présentation d'UPM UPM-Kymmene est une société finlandaise figurant parmi les leaders mondiaux du traitement des produits forestiers afin d’en créer différents types de papiers, étiquettes, emballages, produits en contreplaqué. La société possède également une activité de bio raffinage. Le groupe dispose de 840 000 hectares de surface forestière qu’elle exploite en respect de l’écologie car seules […]

Lire plus
mai 20, 2019
Action Toll Brothers

  Toll Brothers : 50 ans d'histoire   C’est en 1967 que les frères Bob et Bruce Toll posent les premières pierres de ce qui deviendra au fil des décennies un empire de la promotion immobilière de types maisons de luxe aux États-Unis. L’entreprise Toll Brothers fut d’abord pendant 10 ans un constructeur de maisons […]

Lire plus
mars 11, 2021
Action Talanx

Présentation de Talanx Talanx AG est un grand groupe d’assurance et de réassurance allemand, se classant à la troisième place mondiale du secteur de la réassurance via sa filiale Hannover Re. Talanx AG est un groupe d’envergure internationale présent dans 42 Pays : 58 % de son chiffre d’affaires est réalisé en Europe, 28 % sur […]

Lire plus
octobre 23, 2019
Action Swatch

Swatch Group : les origines Swatch Group est né de la fusion de deux sociétés horlogères : SSIH et ASUAG. SSIH (Société Suisse pour l’Industrie Horlogère) fut créée en 1930 par la fusion des marques Omega et Tissot. ASUAG (Allgemeine Schweizerische Uhrenindustrie AG), d’origine suisse, fut créée en 1931. L’industrie horlogère suisse a profité de sa neutralité […]

Lire plus
mars 2, 2021
Action STMicroelectronics

STMicroelectronics et le marché des nouvelles technologies Mobilité propre, véhicules autonomes, Internet des objets et technologies 5G figurent parmi les principaux marchés qui vont soutenir les affaires de STMicroelectronics sur ces prochaines années. Selon son slogan « life.augmented », la société entend contribuer à travers ses produits à une vie meilleure pour chacune et chacun […]

Lire plus
mai 20, 2019
Action Société Générale

Société générale : 155 ans d’histoire La société générale est fondée le 4 mai 1864 en qualité de banque entrepreneuriale en faveur des acteurs de l’industrie et du commerce français. Le premier guichet de la banque française ouvre ses portes en 1865, à proximité de la Bourse située au Palais Brongniart à Paris. En 1871, […]

Lire plus
mai 25, 2020
Action Royal Dutch Shell

Royal Dutch Shell : 187 ans d’histoire Le logo de Shell en forme de coquillage fait référence à l’activité initiale de commerce de coquillages orientaux exercée par Marcus Samuel aux Pays-Bas. C’est en 1833 que ce brillant fondateur a eu cette idée originale couronnée de succès grâce à l’engouement des particuliers pour la décoration d’intérieure. […]

Lire plus
1 2 3 6
cross-circle
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram